Archive for the ‘musiques et compositeurs que j’aime’ Category

Soirée rêverie


Fantaisie

Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,
Un air très-vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.

Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit :
C’est sous Louis treize; et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit,

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs ;

Puis une dame, à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J’ai déjà vue… et dont je me souviens !

Gérard de NERVAL (1808-1855)

Publicités

Soirée presque hivernale



Les vents grondaient en l’air, les plus sombres nuages

Les vents grondaient en l’air, les plus sombres nuages
Nous dérobaient le jour pêle-mêle entassés,
Les abîmes d’enfer étaient au ciel poussés,
La mer s’enflait des monts, et le monde d’orages ;

Quand je vis qu’un oiseau délaissant nos rivages
S’envole au beau milieu de ces flots courroucés,
Y pose de son nid les fétus ramassés
Et rapaise soudain ces écumeuses rages.

L’amour m’en fit autant, et comme un Alcyon
L’autre jour se logea dedans ma passion
Et combla de bonheur mon âme infortunée.

Après le trouble, enfin, il me donna la paix :
Mais le calme de mer n’est qu’une fois l’année
Et celui de mon âme y sera pour jamais.

Jean de SPONDE (1557-1595)

Debussy – Ce qu’a vu le vent d’Ouest

Mystère



Le silence dans une église

Sonnet

Au levant de la nef, penchant son humide urne,
La nuit laisse tomber l’ombre triste du soir ;
Chasse insensiblement l’humble clarté diurne ;
Et la voûte s’endort sur le pilier tout noir ;

Le silence entre seul sous l’arceau taciturne,
L’ogive aux vitraux bruns ne se laisse plus voir ;
L’autel froid se revêt de sa robe nocturne ;
L’orgue s’éteint ; tout dort dans le sacré dortoir !

Dans le silence, un pas résonne sur la dalle ;
Tout s’éveille, et le son élargit sa spirale,
L’orgue gémit, l’autel tressaille de ce bruit ;

Le pilier le répète en sa cavité sombre ;
La voûte le redit, et s’agite dans l’ombre…
Puis tout s’éteint, tout meurt, et retombe en la nuit !

Jules VERNE (1828-1905)

Bonne nuit à toutes et à tous !!!
Bisous tendresse

Il était un soir …



La mort du soleil

Le vent d’automne, aux bruits lointains des mers pareil,
Plein d’adieux solennels, de plaintes inconnues,
Balance tristement le long des avenues
Les lourds massifs rougis de ton sang, ô soleil !

La feuille en tourbillons s’envole par les nues ;
Et l’on voit osciller, dans un fleuve vermeil,
Aux approches du soir inclinés au sommeil,
De grands nids teints de pourpre au bout des branches nues.

Tombe, Astre glorieux, source et flambeau du jour !
Ta gloire en nappes d’or coule de ta blessure,
Comme d’un sein puissant tombe un suprême amour.

Meurs donc, tu renaîtras ! L’espérance en est sûre.
Mais qui rendra la vie et la flamme et la voix
Au coeur qui s’est brisé pour la dernière fois ?

Charles-Marie LECONTE DE LISLE (1818-1894)

Bonjour !!!



Bonne journée à toutes et à tous !!!!
Bisous tendresse !!!

La vie …



Gagner sa vie.

Quelle expression étrange.
Pourquoi gagner sa vie
puisqu’elle nous est offerte ?
On ne la gagne pas … elle est là.
Avec tout ce qui va avec.
Bonheur et malheur entremêler tout au longuement d’une vie.
Les instants de chagrin, de tristesse qui s’estompent
au fil du temps comme des nuages poussés par les vents.
Les instants heureux d’une naissance, les instants heureux
d’un mariage. L’odeur du printemps qui s’annonce, les chants d’oiseaux au petit matin comme les chants des oiseaux de nuit sous l’éclairage neigeux de le lune.
Il est vrai que dans cette vie il nous faut œuvrer afin d’avoir un pécule pour se loger, se vêtir, se nourrir. Certaine personne dirons que c’est cela gagner sa vie.
La vie elle est là toute prête a nous accueillir alors acceptons-la comme elle est et faisons en sorte de rester nous-même.
Mon père me disait : Ma fille tu peux tout perdre dans la vie… sauf TOI !

Rêverie



Les corneilles

Le plumage lustré de satins et de moires,
Les corneilles, oiseaux placides et dolents,
Parmi les champs d’hiver, que la neige a fait blancs,
Apparaissent ainsi que des floraisons noires.

L’une marque les longs rameaux d’un chêne ami ;
Elle est penchée au bout d’une branche tordue,
Et, fleur d’encre, prolonge une plainte entendue
Par le tranquille écho d’un village endormi.

Une autre est là, plus loin, pleurarde et solitaire,
Sur un tertre maussade et bas comme un tombeau,
Et longuement se rêve en ce coin rongé d’eau,
Fleur tombale d’un mort qui dormirait sous terre.

Une autre encor, les yeux fixes et vigilants,
Hiératiquement, sur un pignon placée,
Reste à l’écart et meurt, vieille et paralysée,
Plante hiéroglyphique en fleur depuis mille ans.

Le plumage lustré de satins et de moires,
Les corneilles, oiseaux placides et dolents,
Parmi les champs d’hiver, que la neige a faits blancs,
Apparaissent ainsi que des floraisons noires.

Émile VERHAEREN (1855-1916)