Soirée presque hivernale



Les vents grondaient en l’air, les plus sombres nuages

Les vents grondaient en l’air, les plus sombres nuages
Nous dérobaient le jour pêle-mêle entassés,
Les abîmes d’enfer étaient au ciel poussés,
La mer s’enflait des monts, et le monde d’orages ;

Quand je vis qu’un oiseau délaissant nos rivages
S’envole au beau milieu de ces flots courroucés,
Y pose de son nid les fétus ramassés
Et rapaise soudain ces écumeuses rages.

L’amour m’en fit autant, et comme un Alcyon
L’autre jour se logea dedans ma passion
Et combla de bonheur mon âme infortunée.

Après le trouble, enfin, il me donna la paix :
Mais le calme de mer n’est qu’une fois l’année
Et celui de mon âme y sera pour jamais.

Jean de SPONDE (1557-1595)

Debussy – Ce qu’a vu le vent d’Ouest

Publicités

One response to this post.

  1. c’est plutot une soirée automnale ici mais sans la mer
    il faisait quand meme doux ce matin
    Passe une bonne fin de soirée

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s