Le sourire revient comme un rayon de soleil



Épisode vingt-quatre

En l’an 2200

Thaïs et les enfants sont dans la demeure d’Arwann, avec Amy et Nessa, à Gwynvrynn. Amy encore très faible, va s’allonger.
Nessa fait visiter la demeure à la jeune fille et aux enfants ; Erick demande à aller jouer dehors.
– Pas tout de suite, dit Nessa. Il vous faut aller dormir encore un peu. Je sais qu’il fait jour ici, mais sur Terre il fait encore nuit. Vous n’avez pas assez dormi. Pour jouer il vous faut des forces. Je vais vous conduire à vos chambres. Thaïs, si tu veux dormir, il y en a une pour toi aussi.
– Non, je n’ai pas sommeil, dit la jeune fille. Je vais attendre ici. Je suis très inquiète pour Larwence.
– Viens avec moi coucher les enfants.
Les enfants couchés, Nessa sentant Thaïs angoissée, la prend par les épaules.
– Il ne faut pas t’inquiéter, dit-elle. Tu vas voir, tout va bien se passer. Attends, j’ai une idée. Tu me suis, nous allons voir ce qui se passe. Je vais te montrer comment nous pouvons voir sur Terre.
Elle la mène dans une salle se trouvant dans les sous-sols de la demeure.
Un bassin est placé au milieu de la pièce. Elle demande à Thaïs de regarder dedans. La jeune fille s’exécute.
Des images apparaissent. Elle se voit partir à Gwynvrynn. Ensuite l’image montre la salle commune de la tour, puis, Balor apparaissant devant ses trois amis. Elle voit apparaître Thorin et ses hommes.
Elle voit Balor toucher son médaillon, le rayon atteindre Larwence et celui-ci s’écrouler. Elle est tellement saisie, qu’elle ne peut crier, elle tombe évanouie.
Nessa arrête les images et se penche sur elle. Voyant Thaïs inconsciente, elle panique et va chercher Amy. Celle-ci arrive et réanime la jeune fille.
– Amy, Amy, il l’a tué, Balor a tué Larwence, dit Thaïs la voix entrecouper de sanglots. Il l’a tué, c’est horrible.
Elle tombe dans les bras d’Amy. Celle-ci n’arrive pas à la consoler et la fait se relever.
– Je veux retourner là-bas, il a besoin de moi, Amy, s’il te plaît !
– Pour l’instant ma grande, tu vas aller t’allonger. Je vais te donner une boisson qui te fera dormir. Ensuite, nous irons là-bas, c’est promis.
Thaïs couchée et endormie, Amy retourne regarder dans le bassin. Elle voit la scène que la jeune fille a vue. Quelqu’un lui tape sur l’épaule. Elle se retourne et se trouve face à Arwann. Elle se jette dans ses bras et se met à pleurer.
Nessa se sentant coupable. Regarde de nouveau dans le basin, voit Anann et Vivien rejoindre Thorin et disparaître tous les trois.
Ensuite Thorin et Vivien réapparaître, voit le jeune homme courir vers la chambre des garçons, Thorin le rejoindre et Larwence revenir à lui.
Elle se précipite vers ses parents en criant :
– Il est vivant, maman, papa, il est vivant !
– J’aimerai savoir ce qui t’a pris de mener Thaïs ici, dit Amy sur un ton sévère.
– Elle n’a pas les connaissances requises pour regarder dans le bassin, dit Arwann. Qu’a-t-elle vu ?
– Larwence se faire tuer par Balor, dit Nessa. En voyant cela, elle s’est évanouie.
– Pourquoi es-tu ici, demande Amy à Arwann.
Celui-ci lui narre les événements. Amy et Nessa ont les larmes aux yeux. La jeune fille essuie ses larmes et dit :
– Je l’ai vue, Larwence est vivant, je vous l’affirme, venez voir !
Tous trois se penchent sur le bassin et voient Thorin et Vivien emporter Larwence dans la salle de bain.
– Nous devons retourner là-bas, ils ont besoin de nous, dit Amy.
– Que fait-on de Thaïs et des enfants ? Ils dorment, demande Nessa.
– Ils repartent avec nous.
Lorsque Vivien s’aperçoit que Nessa est revenue, Thaïs dort dans sa chambre et les enfants dans la leur. Il est heureux de voir Amy et Arwann accompagner de la jeune fille.
Amy entre dans la chambre des garçons, se dirige vers le lit où Larwence combat la fièvre. Elle lui impose les mains quelques instants et chancelle. Arwann la rattrape et dit :
– Tu es encore trop faible. Où ce trouve l’objet que j’avais à côté de moi, lorsque j’étais blessé ? Ha ! Il est là.
– Quel idiot je fais, s’exclame Vivien. Ce truc là m’a aidé à guérir. Je vais l’installer.
– Allez, vous reposer, je vais prendre soin de mon fils, dit Thorin qui était resté silencieux. Il y a trop de monde dans la chambre.
Tous se retirent et s’installent autour de la table dans la salle commune. Vivien va faire du café et revient.
– Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mes ces voyages dans l’espace-temps et toutes ces émotions m’ont creusé. J’ai faim, dit-il en déposant la cafetière et les tasses sur la table. J’espère que vous aimez le café, je vais chercher le pain et le beurre.
La réflexion du jeune homme fait sourire Arwann. Amy serre le café s’assoit et d’un geste fait apparaître des croissants, des pains au chocolat et des pains aux raisins. Lorsque Vivien revient, il reste sans voix, s’assoit et déclare :
– J’aimerai bien faire ça moi aussi, c’est super, plus besoin de faire la cuisine.
– Tu peux, si tu le veux, explique Arwann. Il suffit de comprendre que tout est déjà créé dans l’invisible et que tu n’as plus qu’à demander.
Ouais ! Je vais essayer mais pas aujourd’hui. Je n’ose pas l’avouer… je suis un peu fatigué. Je crois qu’après avoir manger, je vais aller m’allonger. Il faut que je remette toutes mes idées en place.

*****
Thaïs se réveille en sursaut et constate qu’elle est dans son lit. Elle se lève aussitôt et part en courant vers la chambre des garçons.
En entrant elle voit Thorin assis près du lit de Larwence et Vivien dormant dans le sien. Elle s’approche de Larwence et constate qu’il dort profondément.
– Sa fièvre est tombée, dit Thorin
– Je… je croyais…
Elle ne peut continuer sa phrase, elle se jette dans les bras de Thorin et éclate en sanglots.
– Pauvre petite fille, dit-il. Ne t’inquiète pas, c’est un garçon solide. Il va bientôt guérir.
Comme pour approuver son père, Larwence ouvre les yeux. Il regarde autour de lui, passe sa main sur son front, comme pour enlever la brume que a envahi son cerveau.
Il pousse un soupir et en voyant Thaïs et son père, il déclare d’une voix faible :
– Vous êtes là, j’ai cru que je vous avais perdus.
Thorin et Thaïs se précipite près de lui. La jeune fille pleure mais de joie cette fois-ci.

A demain pour la suite, si vous le voulez bien …

Anny M

Publicités

3 responses to this post.

  1. déja la nuit qui guette les reves …
    douce soirée
    bisous

    Réponse

  2. j’étais en train de me dire comment pouvait il aller chercher du pain et du beurre ? il n’y a pas de magasin… personne dans le château pour faire la cuisine…. avec tous ses évènements… et soudain, un geste et des croissants…. quelle merveille ! bisous

    vivement la suite.

    Réponse

  3. oui la suite , bien que je crois savoir ! rires ! bonne journee bises

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s