Contemplation



Le rêve du héron bleu

Dès l’aube un héron s’est figé comme un jonc
Sur le bord du lac vierge où son image plonge.
On le dirait surpris par le philtre d’un songe,
Évadé du réel, béat sur son pied long.

Oh ! bien loin de rêver, ce calme et beau héron
Fait devant l’onde grave un geste de mensonge.
Dans l’immobilité que sa ruse prolonge
Rien des flots recueillis n’échappe à son oeil rond.

Qu’une carpe imprudente anime l’eau tranquille
Et prompt à la saisir avec son bec agile,
Il fera de sa vie errante, son festin.

Qu’importe à ce guetteur ce noble paysage ?
Seul un désir brutal remplit son coeur sauvage,
Et, svelte dans l’aurore, il incarne la Faim.

Albert FERLAND (1872-1943)

Publicités

2 responses to this post.

  1. de si grands oiseaux qui parcours le territoires comme un seigneur sur ses terres

    Réponse

  2. beaux lesanimaux bonne soiree je file sous la couette

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s