la nuit est fraîche, c’est le mois d’octobre



Octobre

A Maggie

Octobre m’apparaît comme un parc solitaire :
Les mûres frondaisons commencent à brunir.
Et des massifs muets monte une odeur légère,
Cet arôme plus doux des fleurs qui vont mourir.

L’étang, les yeux voilés, rêve, plein de mystère,
Au fantôme ondoyant de quelque souvenir ;
Une langueur exquise a pénétré la terre,
Le temps même a plié son aile pour dormir.

Le ciel, plus imprécis, fait l’âme plus profonde.
On sent flotter en soi tout le passé du monde
Et, secoué soudain d’un grand frisson pieux,

L’on croit ouïr au loin des rumeurs sibyllines,
Tandis que, dans la pourpre ardente des collines.
Semble saigner encor le sang des anciens dieux.

Anatole LE BRAZ (1859-1926)

Bonne nuit à toutes et à tous !
Bisous tendresse

Advertisements

3 responses to this post.

  1. Au moment où je t’écris, tu es en pleine nuit , j’espère qu’elle est douce comme cette douce musique et ce beau poême.

    Répondre

  2. je viens d’ecrire mais j’ai sommeil je vais prendre un autre café bises

    Répondre

  3. Octobre chez nous annonce l’été des indiens
    et cette année elle sera merveilleuse
    couleurs flamboyante, une chaleur proche de l’été
    bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s