Amour naissant malgré la tempête ?



Quatorzième épisode de :

En l’an 2200

Lawrence a installé l’électricité dans les souterrains les plus profonds, sauf dans l’endroit où ils vont. Arrivé dans une pièce voûtée, il pousse sur une pierre dépassant de la muraille.
Une ouverture se fait sur leur gauche. A la queue leu leu, ils entrent dans la crypte. Celle-ci est immense.
Le jeune homme allume des torches accrochées le long de la paroi, il y en a tout autour de la crypte.
Au milieu de celle-ci, il y a une étendue d’eau et en son milieu, une île.
Sur l’île, quatre pierres levées sont dressées, chacune marquant un point cardinal et dans le centre une pierre couchée.
En prolongement de la pierre un siège de granite en forme de fauteuil. Pour accéder à l’île, un petit pont suspendu.
Arwann se tourne vers les deux garçons en disant :
– Vous ne pouvez pas aller sur l’île, vêtus ainsi. J’ai la solution.
Il se concentre et quelques secondes plus tard, tous trois se retrouvent vêtus d’une saie. Arwann s’avance sur le pont suivi des deux garçons.
Arrivée près de la pierre couchée, il demande à Vivien d’aller s’asseoir dans le fauteuil de granit. Il demande ensuite à Lawrence de s’allonger sur la pierre couchée.
Il s’approche de Vivien et lui pose la main sur le front, aussitôt, le jeune homme s’affaisse endormi. Il se penche sur lui et dit :
– Ton sommeil t’apportera la connaissance que tu n’as pas encore.
Il se dirige maintenant vers Lawrence, se concentre et lève les bras vers la voûte de la crypte.
Le jeune homme voit au dessus de lui la voûte s’ouvrir sur un ciel bleu et lumineux.
Il est attiré par cette lumière. Insensiblement il se sent emporté vers l’azur.
Il ferme les yeux et les ouvre aussitôt. Il se trouve devant une belle et grande jeune femme.
Elle est vêtue d’une robe composée de gemmes vertes. Ses cheveux sont mordorés. Elle lui sourit et lui fait signe d’approcher.
Ils avance vers elle et s’aperçoit qu’il marche dans les airs, il n’y a aucun sol sous ses pieds. Il s’arrête et n’ose plus bouger. Elle lui dit alors :
– Continue d’avancer, ton cœur est là pour te guider, Viens avec moi. Je vais te donner la possibilité d’accroître ta puissante. Mais pour cela, tu vas devoir passer deux épreuves. Tu as des questions à me poser, je crois.
– Je ne sais pas qui tu es, dit Lawrence.
– C’est vrai, je ne me suis pas présentée, je suis Anann. Dis-toi bien que je te fais une grande faveur. J’attends tes questions.
– C’est surtout des explications que j’aimerais avoir. Pourquoi nous avoir trompés sur nos parents et nous avoir laissés sur Terre ? Pourquoi, si tu sais comment les événements vont se produire, n’as-tu rien fait ?
– Comprends-moi bien. Je ne veux pas intervenir en ce qui concerne l’avenir. Car, c’est à vous tous de choisir votre chemin. Lawrence, il ne tient qu’à toi de faire en sorte que l’avenir soit tel qu’il doit être. Pour ce qui est de vos parents, il était important que vous ignoriez leurs existences. J’ai voulu vous protéger de Balor.
– Qu’ont donc fait nos parents pour être envoyés sur Terre ?
– Balor les avaient trompés en leur promettant qu’ils pourraient dans un autre univers installer, une cité pareille à Gwynvrynn. Il a trompé beaucoup de monde. Les parents d’Amy étaient de ceux qui ont été abusés. Mais ils ont décidé de rester sur Terre pour combattre l’influence de Balor sur les humains. Thaïs est comme toi, mais elle a encore beaucoup à apprendre, je sais que tu l’aideras. BON ! As-tu compris ce que je viens de te dire ?
Le jeune homme acquiesce de la tête et suit Anann.
A chaque pas qu’ils font, le décor change.
Les voici maintenant entourés de terre, ils continuent d’avancer, de la terre, les voici au milieu de flammes.
Elles les environnent mais ne les brûlent pas, des flammes, les voici dans l’océan, les poissons grands et petits tournent autour d’eux.
Anann s’arrête devant une porte formée par des eaux tourbillonnantes, passe la porte, suivit du jeune homme. Les voici dans une grande salle.
Au milieu de celle-ci un arbres gigantesque dresse ses branches vers un ciel oranger.
Anann disparaît aux yeux du garçon, mais il entend sa voix qui lui demande :
– Quel est l’un des éléments principaux de ton corps ?
– L’eau, répond-il.
– Tu as bien répondu, dit-elle. Et l’autre élément ? Question subsidiaire !
– Le carbone.
– Très bien, maintenant, retourne-toi et regarde.
Lawrence se retourne et voit un chemin se dessiner devant lui. Elle lui demande d’emprunter ce chemin et lui explique qu’au bout de celui-ci, il aura à choisir dans les armes présentées celle de son choix.
Arrivé au bout du chemin le voici devant une table sculptée et incrustée de coquillages. Sur celle-ci, sont déposée toutes les armes créées par les humains depuis la nuit des temps.
– Laquelle veux-tu ? demande-t-elle.
– Aucune, celle que je veux n’est pas sur la table…, Je l’ai déjà !
– Dis-moi quelle est ton arme ?
– Mon arme, n’est pas une arme !
– Qu’est-ce donc alors ?
– C’est simplement l’amour.
Il avait à peine prononcé ces mots, qu’il se retrouve allonger sur la pierre couchée.
Arwann réveille Vivien et lui demande de s’installer sur la pierre couchée.
– Non, il ne doit pas s’allonger, pas encore, dit Lawrence.
Arwann prend un air grave, acquiesce de la tête la décision du jeune homme, se tourne vers Vivien et lui demande :
– As-tu compris pourquoi Lawrence a épargné ses ennemis ?
– Je crois, répond Vivien. Ces hommes ont été confrontés à eux-mêmes pendant un cour instant et l’adversaire qu’ils avaient devant eux leur ressemblait, il leur faisait tellement horreur qu’ils l’ont abattu. Quand aux autres, ils ont compris que la violence et la méchanceté procurait plus de mal que de bien. Voilà ce que j’ai compris. Je dois moi aussi faire un effort pour ne pas agir avec impulsivité lorsque la colère monte en moi.
Arwann met sa main sur l’épaule du jeune homme et soupire. Vivien fronce les sourcils et demande :
– Tu attendais une autre réponse, je crois ; lorsque je vois la tête que tu fais. J’ai bien l’impression d’avoir loupé mon exam, n’est-ce pas ?
– Tu n’as rien loupé du tout, comme tu le dis, répond Arwann, mais tu as encore à apprendre. Venez, nous devons remonter, mais changeons de vêtements.
En un instant, ils se retrouvent vêtus comme avant.
Lorsqu’ils entrent dans la salle commune, une bonne odeur de tarte aux pommes vient leur chatouiller les narines.
Les enfants sont installés autour de la salle et font leurs devoirs.
– Où est Thaïs ? demande Lawrence à Lisette.
– Elle est avec la jeune fille, elles parlent. Où étiez-vous passé ? On ne vous a pas vu depuis trois jours. Tu sais, j’aimerais bien que Thaïs revienne pour me corriger mes devoirs, si non je ne vais pas pouvoir jouer.
– Bon, je vais aller la chercher. Mais tu peux demander à Vivien de te corriger.
En arrivant dans la chambre de Nessa, il trouve les jeunes filles entrain de rire aux éclats. Elles s’arrêtent comme pris en faute lorsqu’il rentre dans la chambre.
– Je vois que l’on ne s’ennuie pas ici. Thaïs, Lisette veut que tu lui corriges ses devoirs, mais je pense plutôt que c’est un prétexte. Elle te veut à ses côtés, je crois qu’elle est un petit peu jalouse. Il va falloir lui faire comprendre qu’elle ne doit pas être ainsi.
– Dis-lui que j’arrive tout de suite. Nessa voudrais se lever. Je vais l’aider à s’habiller.
– Si j’étais toi j’irais chercher Arwann. Je crois qu’il a plus de savoir que nous tous pour décider si Nessa peut se lever ou non. Ne crois-tu pas que deux avis valent mieux qu’un ? N’est-ce pas Nessa ?
– Tu as raison, répond Nessa en faisant la moue. Je sais ce qu’il va dire. J’ai changé d’avis. Je reste au lit.
Lawrence et Thaïs sortent de la chambre. Nessa restée seule s’allonge dans son lit et soupire.
Vivien entre dans la chambre et remarque la tristesse marquée sur le visage de la jeune fille. Il se penche vers elle.
– Allons, sourit, tout va s’arranger ! dit-il.
– Je suis fatiguée de rester à ne rien faire, dit-elle en s’asseyant.
– Arrête ne bouge pas, dit-il en la prenant dans ses bras.
– Je vais mieux, dit-elle en se dégageant. Je te remercie pour ce que tu as fait pour moi.
– J’ai fais ce que j’ai pu, répond le garçon. J’avais peur qu’arrivé au donjon, il soit trop tard pour te sauver. J’ai couru comme un fou.
Il s’arrête de parler et soupire. Il a envie de lui dire combien il l’aime. Ce qui le fait le plus rager, c’est que, d’habitude il n’a aucune difficulté à parler aux filles.
– J’ai l’impression que tu veux me dire quelque chose, dit-elle. Parle, ne reste pas comme ça !
Vivien se met à rougir, tellement il se sent mal à l’aise. Il va pour lui avouer son amour, mais n’en a pas le temps.
Arwann entre dans la chambre à cet instant. Le jeune homme soupire de nouveau et sort de la pièce.
– Il est étrange, ce garçon, dit Nessa à son père. Gentil, mais étrange, ne crois-tu pas ?
– Il est, qu’il est amoureux de toi et n’ose pas te l’avouer. J’étais pareil à son âge.
– Tu le sais et tu n’es pas fâché ?
– J’ai failli me mettre en colère contre lui, dit-il. Il m’avait parlé d’une façon … directe. Je ne lui en veux pas, c’est garçon très brave. Que ressens-tu pour lui ?
– Rien que de l’amitié, c’est tout. Je ne le connais pas assez, tu sais.
– Arrêtons de parler de lui. Parlons de toi, comment te sens-tu ?
– J’ai encore mal, mais j’aimerai bien me lever. Heureusement que Thaïs vient me voir. Que vas-tu faire pour sauver maman ? Elle m’a raconté … je sais où elle est maintenant.
– Je ne peux rien faire, répond tristement Arwann. C’est Lawrence et Vivien qui vont partir la chercher.
– Je sais cela aussi, pourquoi eux ?
– Tu sais très bien que je ne peux rien faire, j’ai déjà outrepassé mes droits, c’est pourquoi, je suis ici.
Il prend Nessa dans ses bras.
– Je suis très malheureux, ta mère … si tu savais ce qu’ils lui fond subir.
– Pourquoi n’irais-je pas moi aussi ? dit Nessa en s’écartant de lui.
– NESSA ! Tu es comme moi. Nous allons rester pour protéger Thaïs et sa famille, nôtre famille. Tu as déjà fait assez de bêtises comme ça, ne crois-tu pas ?
La jeune fille baisse la tête et boude, la relève, des larmes perlent au bord de ses yeux. Arwann la prend dans ses bras.
– Allons, allons, ne pleure plus, cela ne serre à rien. Je vais regarder ta blessure et si tout va bien, tu pourras faire quelques pas.
Arwann est satisfait de la cicatrisation de la blessure. Nessa pousse un soupir de soulagement et aidée par son père, se lève. Elle se vêt des habits prêtés par Thaïs. Elle s’assoit sur la chaise, la tête lui tourne.
– Je crois que j’ai été trop rapide, mais cela va aller. J’ai hâte de connaître le frère et les sœurs de Thaïs, et, Vivien sera-t-il là, lui aussi ?
– Oui, il vit avec eux, répond Arwann. Pourquoi me demandes-tu cela ?
– Heu ! Pour rien !
Elle sort de la chambre suivie d’Arwann qui sourit de la réponse de sa fille.
Lorsqu’elle arrive dans la salle commune, les trois jeunes gens sont assis autour de la table, penchés sur une carte étalée sur la table.
Vivien lève la tête et voit Nessa, il se lève brusquement en faisant tomber sa chaise, ramasse celle-ci et se précipite au devant de la jeune fille.
– Tu te sens bien, demande-t-il en lui prenant la main.
– Mais oui, je vais bien, mène-moi vers la table, demande-t-elle exaspérée.
– Je vois que l’on a pas besoin de moi, dit Arwann en arrivant derrière Vivien. Nessa, tu as trouvé là un véritable chevalier servant. C’est une chance pour toi, il n’en existe peu de nos jours, sur terre.
Il rit sous cape.

A demain si vous le voulez bien … pour la suite …

Anny M

Publicités

2 responses to this post.

  1. cela fait plaisir de voir Vivien en couple maintenant. Il n’y a pas trop de monde autour d’eux pour faire des rencontres.. La providence……! une grande famille en train de reformer. Bises du soir.. Bonsoir Annie

    Réponse

  2. a demain bien sur bonne soiree je vais éteindre bisous

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s