Apparition éclaire


Quatrième épisode de :

En l’an 2200

LA VIE CONTINUE

Voici six mois maintenant, que les garçons sont installés. Cette vie souterraine a été une découverte pour eux. Bien sûr à l’armée ils avaient connu la vie communautaire.
Mais ici tout est différent, c’est une organisation de survie de tous les instants. Grâce aux instruments rapportés, ils ont installé un système de surveillance et de détection autour du donjon.
Lawrence a demandé que toute personne qui sort dehors, porte un petit émetteur sur elle. Il a amélioré avec l’aide de Vivien la fermeture et l’ouverture des portes. A eux deux ils ont réussi à faire une place forte, où tout est protégé.
Thaïs est assise à la table. Sur celle-ci une pile de linge à raccommoder. Les garçons sont dans leur chambre ainsi que les enfants.
La jeune fille a délaissé son ouvrage et griffonne quelques mots sur un morceau de papier. En entrant dans la salle, Lawrence est surpris de trouver la jeune fille encore entrain de travailler.
– Vas te coucher, tu devrais te ménager un peu plus, il est tard.
Thaïs sursaute, comme prise en faute en entendant la voix du jeune homme. Elle froisse le papier, le cache derrière son dos et le jette à terre en espérant que le garçon ne la voit pas faire.
Hélas pour elle, il a vu son geste. Il ramasse la boule de papier et la déchiffonne.
Elle n’attend pas qu’il lise ce qu’elle a écrit et sort de la salle en courant et part s’enfermer dans sa chambre. Lawrence intrigué va pour la rejoindre, mais se souvenant du morceau de papier, qu’il tient dans la main, il le lit. A la lecture de ces quelques mots, son cœur bat plus vite.
– J’aime Lawrence, est-il écrit.
Après ce court instant de lecture et d’émotion, le jeune homme se dirige vers la chambre de la jeune fille et entend des sanglots. Il va pour taper à la porte, se ravise et décide d’aller demander conseil à Vivien.
– Oh ! Réveille-toi, dit-il en secouant son ami. Réveille-toi, j’ai un sacré problème sur les bras. Je ne sais pas comment faire. Allez ! Réveille-toi !
– Ça ne va pas ? Je rêvais que j’étais entouré de belles nanas. Il y a le feu ? Si il n’y a rien de tout ça, laisse-moi dormir.
– Lis-moi ça, réplique Larwence en lui tendant le morceau de papier. Et dis-moi ce que je dois faire.
– Que trouves-tu d’extraordinaire là dedans ? rétorque Vivien après avoir lu. N’as-tu pas remarqué la façon dont elle te regarde ? Ça saute aux yeux, qu’elle a un faible pour toi. Et toi, que ressens-tu pour elle ?
– Ce que je ressens ? Lorsque je jette les yeux sur elle, j’ai envie de la prendre dans mes bras et de la protéger, avoue Lawrence. Je suis peiné de la voir dans cet état, j’ai envie d’aller la voir, mais maintenant qu’elle pleure, je ne peux pas. Je suis sensé faire quoi ? A ce que je crois, tu as plus d’expérience que moi en la matière
– Arrête de te lamenter sur ton sort ! Va la trouver, que diable !
Après quelques secondes d’hésitation, Lawrence se précipite vers la chambre de Thaïs. Sans bruit il ouvre la porte. La jeune fille est allongée sur son lit, la tête dans ses oreillers, son corps est secoué de sanglots. Le jeune homme s’assoit sur le bord du lit, avance la main vers la tête de Thaïs et lui caresse les cheveux. Elle sursaute et se retourne. Elle voit, penché sur elle, celui qu’elle aime.
– Je te demande pardon, dit-elle. Je suis stupide d’avoir agi ainsi.
Lawrence sèche les larmes de la jeune fille et lui met un doigt sur les lèvres.
– Tais-toi, murmure-t-il en se baissant vers elle. Moi aussi, je t’aime et je veux toujours te garder près de moi.
Il la prend dans ses bras et lui pose un baiser sur les lèvres. Il la sent trembler, se détendre, se laisser aller et se lover contre lui. Il se détache d’elle doucement, son cœur bat très vite.
– Ne pleure plus, dit-il encore. Je t’aime plus que tu ne le penses, cela me trouble autant que toi. Euh !… Je crois qu’il est temps pour nous de dormir. Demain, on verra tout cela, demain.
Jour après jour l’amour de Lawrence et de Thaïs grandit, malgré cette vie faite de craintes et d’incertitudes.
Les garçons sont partis en patrouille comme à leur habitude. Les enfants sont dans la salle commune et font leurs devoirs. Thaïs est dans sa chambre et fait son lit. Soudain, la pièce est illuminée.
La jeune fille se retourne brusquement. Une femme resplendissante de jeunesse est devant elle. Elle est vêtue d’une longue robe d’un blanc nacré, sa chevelure est d’un blond dorée. Elle sourit.
– N’aies pas peur, Thaïs. Je suis une lointaine tante, je me nomme Amy. Je suis bien vivante. Je viens à toi pour te donner ceci. Ces bracelets et ce torque sont pour Larwence. Il est celui qui rétablira la paix dans cette région. Ce n’est pas un hasard si ces deux garçons sont là.
Elle s’arrête un instant et reprend :
– C’est nous qui avons fait en sorte que leur navette atterrisse dans la région et à cette époque.
– Mais qui êtes-vous donc, demande Thaïs sur ses gardes. Qui me dit que vous n’êtes pas une ennemie.
– Comme je te l’ai dit, je suis une de tes lointaines ancêtres, une vieille tante, si tu veux. Je te connais bien et j’ai connu tes parents. Tous deux étaient des personnes très courageuses. Ton père lorsqu’il a aménagé cette tour a déposé des livres. Ceux-ci ont été retransmis de père en fils depuis plusieurs générations. Ils sont dans la grande salle, cachés derrière le bahut dans une cache creusée dans le mur. Tu devras les donner à Lawrence. Tu dois me croire, je ne veux que votre bien. Bientôt, je reviendrais. N’oublie pas ce que je t’ai dit.
Encore surprise de cette apparition, Thaïs voit un léger brouillard se former autour d’Amy. Lorsqu’il se disciple, la femme a disparu. Restée seule, ébahie par cette apparition, elle regarde les bijoux preuve qu’elle n’a pas rêver.
Thaïs se secoue et examine les précieux objets. Les bracelets sont en forme de C sont en argent et en or. Une plaque d’argent entoure un motif représentant l’arbre de vie celtique. Le torque est composé de fils d’or et d’argent entrelacés se terminant à chaque bout par une tête de dragon.
Elle est toujours dans l’incertitude. Amy lui a-t-elle dit la vérité ? Elle se rappelle alors des livres cachés.
Elle met les bijoux sous son oreiller et décide de les donner à Lawrence dans la soirée, mais se demande comment, elle s’y prendra pour expliquer au jeune homme l’apparition d’Amy.
Elle pousse un soupir et s’en retourne dans la salle commune. Les enfants sont repartis dans leur chambre leurs devoirs finis.
Thaïs se dirige vers le bahut, arrive à le déplacer, se glisse derrière le meuble et remarque la cache. Dedans, se trouvent, empilés les uns sur les autres, des livres.
Elle se retire de l’espace, sans toucher aux précieux documents et remet le meuble en place. L’évidence lui prouve qu’Amy ne lui a pas menti. La matinée se passe sans autre surprise.

A demain pour la suite si vous le voulez bien …

Anny M

Publicités

One response to this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s