tout est endormi et le silence règne



Des soirs

Sous les vitres du hall nitreux que le froid fore
Et vrille et que de mats brouillards baignent de vair,
Un soir, en tout à coup de gel, s’ouvre l’hiver,
Dans le foyer, fourbi de naphte et de phosphore

Qui brûle : et le charbon pointu se mousse d’or
Et le posthume été dans l’or se réitère ;
Il émeraude un bol, il enturquoise un verre
Et multiplie en chatons d’or son âme encor.

Par à travers ce feu qui le détruit, sa joie
Est de faire des fleurs parmi les lustres, vivre !
Et d’allumer sa mort comme une fête. Au loin,

Lorsque tonne l’automne et que le vent disjoint
On serre en nœud ses poings et que gratte le givre…
Ô cette mort que l’on torture et qui flamboie !

Émile VERHAEREN

Bonne nuit à toutes et à tous !
que de beaux rêves embellissent votre nuit !
bisous tendresse

Publicités

2 responses to this post.

  1. Il est tard chez toi .. moi je vais bientot me coucher lire .. un peu avant le dodo ..
    doux reves sous la poésie ou les mots deviennent des images pour raconter une histoire bisous

    Réponse

  2. Belle image pour décrire les premières flambées, la fin d’une saison et le début d’hiver. Bisous

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s