Triste histoire mais pourtant vraie…


L’éternelle histoire

Ils avaient dit bonsoir aux femmes
En train de coucher les petits ;
Et, sur le dos mouvant des lames,
A la brune, ils étaient partis.

Ils étaient partis, à mer haute,
Pour conquérir le pain amer
Qu’il faut gagner loin de la côte,
Au péril de la haute mer.

Dans la nuit, la nuit sans étoiles,
Ils disparurent… A Dieu vat !
Le Guilvinec pleure cinq voiles,
Et cinq autres Leskiagat.

Pêle-mêle, mousses imberbes,
Patrons chenus, fiers matelots
Roulent, fauchés comme des herbes
Par le vent, ce faucheur des flots.

Oh ! la triste chanson d’automne,
Et qu’il fera froid, cet hiver,
Dans le coeur dolent des Bretonnes,
Veuves tragiques de la mer !

Anatole LE BRAZ (1859-1926)

Advertisements

3 responses to this post.

  1. o combien de marins, combien de capitaines… Le braz ( je retiens pour le bras)
    Histoire vraie qui ,bien que moins souvent de nos jours, existe encore. C’est malheureusement ce qui a fait la force de caractères des Bretons. La lutte contre les éléments, et les femmes se retrouvant seules à assumer, dans l’attente et dans le désespoir. J’apprécie aussi le clin d’oeil pour le Finistère Sud.. Bisous du mercredi.

    Répondre

  2. toujours aussi dur d’etre marin

    Répondre

  3. Oui, en effet c’est une triste histoire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s