La nuit nous tend les bras



Évocation

Le noir espace, beau pour une occulte fête,
A, pour moi, recueilli la vie et la répète
En des formes qu’agite un frisson d’océan.
Dans cette irruption d’images se créant,
Peu à peu se dessine une énorme cohue
Qui se démène, lutte et vers l’argent se rue,
Pour garder plus longtemps, sous le ciel angoissé,
Le don prodigieux de vivre et de penser.
Puis cette multitude, aux gestes frénétiques
Si divers et pourtant par leur but identiques,
S’ordonne et représente une autre humanité
Grande d’incertitude et de complexité :
L’humanité qui veut – gourmande insatiable –
Joindre aux plaisirs des sens ceux de l’âme, à sa table,
Et, ne pouvant jamais sonder toute sa nuit,
S’effare du cloaque affreux où la conduit
L’attachement à la matière cajoleuse ;
L’humanité ravie à la fois et peureuse
D’ouvrir à tous les vents prometteurs son cerveau,
Et qui, tenace en son espoir aveuglément, sans trêve,
Entre les deux néants de la Terre et du Rêve.

Alphonse BEAUREGARD (1881-1924)

Bonne nuit à toutes et à tous !
Bisous tendresse

Publicités

3 responses to this post.

  1. Un autre tres beau poeme
    je pense que j’ai lu un ou deux poeme de cet homme

    Réponse

  2. ah annie je viens de m’eveiller et je te dis bon samedi , bises , avec un beau poeme encore

    Réponse

  3. Bonjour Annie, tu nous conduis toujours vers de la belle littérature. merci pour cela

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s