bonne nuit à toutes et à tous !!!



Une histoire de korrigans et de fées

En Bretagne le petit peuple, surtout en Brocéliande est là tout autour de nous. Dans les anciennes maisons, souvent il y avait deux portes face à face.
Une pour rentrer dans la maison et une autre pour sortir dans le jardin. Nos anciens disent que ces portes permettaient aux fées de traverser la maison.
Quant aux korrigans ils vivent dans plusieurs endroits et aussi dans les maisons, ils sont … certaines cultures les nomment, les petits génies des foyers.
Car il y a bien longtemps les humains côtoyaient les korrigans, ils faisaient partie de leur vie de tout les jours.
On voit souvent dans les contes que lorsqu’un humain est gentil avec les korrigans, surtout ceux qui vivent dans les maisons, les korrigans aident les habitants. Un conte relate ceci :
« L’homme était un cordonnier lui et sa femme vivait dans une vieille masure, c’était un couple d’une gentillesse extrême. L’homme avait tellement de commande de chaussures, qu’il n’avait pas le temps d’en fabriquer ni pour son épouse ni pour lui.
Un soir, il était tellement fatigué qu’il alla se coucher sans terminer son travail.
Le lendemain matin en se réveillant il constata que son travail était terminée et qu’en plus deux belles paires de chaussures, une pour son épouse et une autre pour lui, était déposées près de la cheminée.
Étonné il regardait les chaussures un korrigan se présenta à lui et lui dit ces mots :
– C’est pour vous remercier ta femme et toi de touts les bienfaits que tu nous as procurer.
C’est ainsi que au fil des années le cordonnier et son épouse furent aidé par le korrigan. »
De nos jours il est rare que cela arrive et de moins en moins souvent. Peut-être que les humains d’aujourd’hui ne font plus cas du petit peuple.
A la maison, près de l’âtre J’y ai mis une pierre, afin que lorsque le ou les korrigans viennent s’asseoir sur la pierre ils peuvent se réchauffer.
Alors si par hasard chez vous vous avez des objets qui changent de place ou disparaissent, Oh ! Oh ! Il y a peut-être un korrigan … faites comme moi, faites-leur un petit emplacement près de l’âtre … il vous remerciera peut-être, qui sait …

Publicités

3 responses to this post.

  1. moi quand j’ai voyager ce que j’aimais le plus c.était d’aller au dela des rues ou les touristes abondent, Nous allions surtout en dehors pour voir la vraie de vraie vie
    ou si nous allions sur des sites touristiques c’était pour marché sur la terre des ancetres .. ca me fait penser quand je suis aller au mexique ou il y avait les pyramides des guerriers aztèques

    Il y avait l’autel des sacrifices ou j’avais mit les pieds des gens d’une époque éloignés avaient vécu

    ou encore meme chez moi quand je marche pres de la riviere il y avait surement des camps amérindiens .. des frissons passent a travers mon corps .. j’ai surement mit les pieds dans les pas d’un temps ancien ..
    c’est a ca que j’ai pensé en lisant ton texte

    Bonne nuit .. tu vas vraiment dormir ??? mdrrrrrrrr

    Réponse

  2. Il est vrai que bien des fois en se promenant dans la nature, à certains endroits en passant on ressent « l’intensité » du passé.

    Réponse

  3. belle histoire annie rebises

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s