Un petit tour chez les celtes



Voici ce que les bardes contaient sur le Déluge Universel

Le Déluge Universel

Il y a bien longtemps.
Sur Terre vivaient les géants.
Ecoute l’histoire de Hu Kadarn
Qui vivait avec sa jolie dame !
Voici comment il entra dans l’Histoire !
Voici comment il se couvrit de gloire !
On chantera son nom, Hu Kadarn !
Eternellement, on sera sous son charme !
Son épouse, de la nature, était reine !
C’était la douce Karidwen !

Hu Kadarn
Et sa dame
Vivaient dans une maison
Sur les rives du lac Llyon !
L’if, le bouleau, le chêne
Le hêtre, le tremble et le troène,
Entouraient la grande demeure.
Là, heureuse passaient les heures.

Bien des fois, profitant de l’air frais du matin,
Hu Kadarn montait sur son cheval blanc.
Il allait par les sylves et les champs.
Tous les animaux, avec entrain,
Le suivaient sur les chemins.
D’autres jours, grimpant sur son char
Immense et étincelant de lumière,
Ceignant à ses reins sa ceinture arc-en-ciel ;
Il avait dès l’instant une allure princière.
Il embrassait sa dame avant son départ
Et s’en allait sur les chemins du ciel !

Karidwen lui avait donné deux garçons.
Avangh-Dhu et Kadaraïth, étaient leurs noms !
Avang-Du était un dragon ;
Castor-noir veut dire son nom !
C’était un être pervers et dégénéré.
La superbe Kreizviou avait épousé.

Kadaraïth, le deuxième garçon,
Etait un rude et brave compagnon.
Les lois de la guerre, la nécessité
De la lutte, sur son front étaient marquées !

Avangh-Dhu devint jaloux,
De la richesse et de la fertilité de la Terre.
Un jour qu’il était empli de haine et de courroux,
Avec fureur il brisa les digues de pierres
Qui retenaient les eaux du lac Llyon !
Elles se déversèrent à grands bouillons
Et saccagèrent tout sur leur passage.
Il ne resta rien des rivages.
Elles couvrirent la Terre entière !
Tout fut détruit, pierre par pierre !
Tout fut englouti !

Pourtant un couple dans le désastre avait survécu.
Bien qu’entouré d’eau à perte de vue
Dwyfan et Dwyfach
Réussirent à s’échapper
De la furie des eaux en folie !
Grâce à une barque
Construite par Nevez-naf Neivion
Seigneur des cieux
Et régent des eaux super-célestes.
Les deux rescapés avaient pour compagnons
Ceux qu’ils avaient regroupés dans la nef.
Des animaux mâles et femelles,
Des fruits, des graines,
Qu’ils avaient sauvé avec peine.
Ils avaient sauvé tous ces trésors,
Trésors de vie, trésors précieux,
Qui leur feraient un avenir radieux,
Qui effaceraient les mauvais souvenirs
Et leur offriraient un renouveau de vie
Sur une terre nouvelle.
Ils avaient l’espoir au cœur
Malgré leur très grande peur !

Hu Kadarn comprit que pour dégager
La Terre de l’étreinte mortelle.
Il devait enchaîner
Ce monstre de perversité,
Responsable du Déluge Universel,
A une énorme chaîne
Pour l’éternité.
Il y arriva avec peine.
Il attacha la chaîne à deux bœufs.
Il les nomma « Puissances de l’espace ! »
Ychain Banog et Ychain Manog de leur race étaient les rois.
Vers la terre ferme, Hu Kadarn les dirigeait avec foi.
Ils halaient avec force et continuité,
Le monstre rampant, pour l’extirper
Des eaux tumultueuses et déchaînées.
Arrivé sur le sol Ychain Manog
Après ces efforts, mourut  tant il était épuisé.
De chagrin l’a suivi Ychain Banog.
Leur sacrifice ne fut pas vain.
Les eaux baissèrent enfin.

Tous les continents retrouvés,
Le calme revenu, Hu Kadarn
Forma la communauté première.
Par les monts et par les plaines ;
Il éparpilla sur la Terre,
Les clans des familles humaines.
Il leur enseigna la justice,
La richesse de la paix,
De l’agriculture ses bienfaits.
Par la suite il donna à leurs fils
Le langage, la création ; tous deux puisés
A la source de la lumière dans l’éternité !

Anny M

Extrait de « Cornélius ou le combat des dieux »
de Anny M
mon roman que j’ai édité aux
Éditions Les oiseaux de papier.
Description du livre

L’apprentissage sur Terre du fils d’un dieu celte dans le but de
délivrer, au début du XXIe siècle, notre planète des forces du mal. Une incursion dans la mythologie celte. Des allers et retours dans le temps. Un combat sans merci dont ne sortira qu’un vainqueur.

Livre avec CD incluant 8 textes extraits du livre, mis en musique par Myrdhin et Zil, et récités par Zil. Livre-cadeau bénéficiant de la renommée d’un artiste incontesté de la musique celtique (harpe).
Voilà où vous pouvez vous procurer mon livre.
http://www.les-oiseaux-de-papier.com/

Advertisements

4 responses to this post.

  1. Légende tjs légende .. il y en a aussi de par chez nous mais j’en connais qq une mais pas au complet .. pas comme toi …
    bravo pour cette quete

    Répondre

  2. Bonsoir Annie et Dame Nuage ,
    Un Bien beau Texte qui nous Unit , ,
    D’une Nuit couvrant nos Paysages ,
    Quand l’âme s’enchaine par Jalousie ,
    A Faire du Tort à la Lumière.
    La Mort a l’Hors a son Visage ,
    Mais l’Onde et source en l’Univers ,
    Et ses Champions aiment les Rivages ,
    Où Dore sous l’Une l’Arbre de Vie.
    NéO~

    Répondre

  3. encore bon dimanche et merci pour cette belle légende ; je n’y connais rien

    Répondre

  4. Merci Annie pour le cadeau… sous forme celte.. Toujours un plaisir de te lire. Bon Dimanche à toi. Bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s