Pour une nuit nouvelle et pour un matin clair !


Harmonie imitative de la langue française

A l’instant qu’on l’appelle, arrivant plein d’audace,
Au haut de l’alphabet l’A s’arroge sa place,
Alerte, agile, actif, avide d’apparat,
Tantôt, à tout hasard, il marche avec éclat ;
Tantôt d’un accent grave acceptant des entraves,
Il a dans son pas lent l’allure des esclaves,
A s’adonner au mal quand il est résolu,
Avide, atroce, affreux, arrogant, absolu,
Il attroupe, il aveugle, il avilit, il arme,
Il assiège, il affame, il attaque, il alarme,
Il arrête, il accable, il assomme, il abat,
Mais il n’est pas toujours accusé d’attentat ;
Avenant, attentif, accessible, agréable,
Adroit, affectueux, accommodant, affable,
Il préside à l’amour ainsi qu’à l’amitié ;
Des attraits, des appas, il prétend la moitié ;
A la tête des arts à bon droit on l’admire ;
Mais sur-tout il adore, et si j’ose le dire,
A l’aspect du Très-haut sitôt qu’Adam parla
Ce fut apparemment l’A qu’il articula.

Balbutié bientôt par le Bambin débile,
Le B semble bondir sur sa bouche inhabile ;
D’abord il l’habitue au bon-soir, au bon-jour ;
Les baisers, les bonbons sont brigués tour-à-tour.
Il demande sa balle, il appelle sa bonne ;
S’il a besoin de boire, aussitôt il ordonne ;
Son babil par le B ne peut être contraint,
Et d’un bobo, s’il boude, on est sûr qu’il se plaint.
Mais du bègue irrité la langue embarrassée,
Par le B qui la brave, à chaque instant blessée,
Sur ses bords, malgré lui, semble le retenir,
Et tout en balançant, brûle de le bannir.

Le C rival de l’S, avec une cédille,
Sans elle, au lieu du Q dans tous nos mots fourmille,
De tous les objets creux il commence le nom ;
Une cave, une cuve, une chambre, un canon,
Une corbeille, un coeur, un coffre, une carrière,
Une caverne enfin le trouvent nécessaire ;
Par-tout, en demi-cercle, il court demi-courbé,
Et le K, dans l’oubli, par son choc est tombé.

A décider son ton pour peu que le D tarde,
Il faut, contre les dents, que la langue le darde ;
Et déjà, de son droit, usant dans le discours
Le dos tendu sans cesse, il décrit cent détours.

L’E s’évertue ensuite, élancé par l’haleine,
Chaque fois qu’on respire, il échappe sans peine ;
Et par notre idiome, heureusement traité,
Souvent, dans un seul mot, il se voit répété.
Mais c’est peu qu’il se coule aux syllabes complètes ;
Interprète caché des consonnes muettes,
Si l’une d’elles, seule, ose se promener,
Derrière ou devant elle on l’entend résonner.

Fille d’un son fatal que souffle la menace
L’F en fureur frémit, frappe, froisse, fracasse ;
Elle exprime la fougue et la fuite du vent ;
Le fer lui doit sa force, elle fouille, elle fend ;
Elle enfante le feu, la flamme et la fumée,
Et féconde en frimas, au froid elle est formée ;
D’une étoffe qu’on froisse, elle fournit l’effet,
Et le frémissement de la fronde et du fouet.

Le G, plus gai, voit l’R accourir sur ses traces ;
C’est toujours à son gré que se groupent les grâces ;
Un jet de voix suffît pour engendrer le G ;
Il gémit quelquefois, dans la gorge engagé,
Et quelquefois à l’I dérobant sa figure,
En joutant à sa place, il jase, il joue, il jure ;
Mais son ton général qui gouverne par-tout,
Paraît bien moins gêné pour désigner le goût.

L’H, au fond du palais hasardant sa naissance
Halète au haut des mots qui sont en sa puissance ;
Elle heurte, elle happe, elle hume, elle hait,
Quelquefois par honneur, timide, elle se tait.

L’I droit comme un piquet établit son empire ;
Il s’initie à l’N afin de s’introduire ;
Par l’I précipité le rire se trahit,
Et par l’I prolongé l’infortune gémit.

Le K partant jadis pour les Kalendes grecques,
Laissa le Q, le C, pour servir d’hypothèques ;
Et revenant chez nous, de vieillesse cassé,
Seulement à Kimper il se vit caressé.

Mais combien la seule L embellit la parole !
Lente elle coule ici, là légère elle vole ;
Le liquide des flots par elle est exprimé,
Elle polit le style après qu’on l’a limé ;
La voyelle se teint de sa couleur liante,
Se mêle-t-elle aux mots ? c’est une huile luisante
Qui mouille chaque phrase, et par son lénitif
Des consonnes, détruit le frottement rétif ;

Ici I’M, à son tour, sur ses trois pieds chemine,
Et l’N à ses côtés sur deux pieds se dandine ;
L’M à mugir s’amuse, et meurt en s’enfermant,
L’N au fond de mon nez s’enfuit en résonnant ;
L’M aime à murmurer, l’N à nier S’obstine ;
L’N est propre à narguer, l’M est souvent mutine ;
L’M au milieu des mots marche avec majesté,
L’N unit la noblesse à la nécessité.

La bouche s’arrondit lorsque l’O doit éclore,
Et par force, on déploie un organe sonore,
Lorsque l’étonnement, conçu dans le cerveau,
Se provoque à sortir par cet accent nouveau.
Le cercle lui donna sa forme originale,
Il convient à l’orbite aussi-bien qu’à l’ovale ;
On ne saurait l’ôter lorsqu’il s’agit d’ouvrir,
Et si-tôt qu’il ordonne il se fait obéir.

Le P plus pétulant à son poste se presse
Malgré sa promptitude il tient à la paresse ;
Il précède la peine, et prévient le plaisir,
Même quand il pardonne, il parvient à punir ;
Il tient le premier rang dans le doux nom de père,
Il présente aux mortels le pain, si nécessaire !
Le poinçon et le pieu, la pique et le poignard,
De leur pointe, avec lui, percent de part en part ;
Et des poings et des pieds il fait un double usage,
Il surprend la pudeur et la peur au passage.
Là, de son propre poids il pèse sur les mots ;
Plus loin, il peint, il pleure et se plaît aux propos :
Mais c’est à bien pousser que son pouvoir s’attache,
Et pour céder à l’F il se fond avec l’H.

Enfin du P parti je n’entends plus les pas,
Le Q traînant sa queue, et querellant tout bas,
Vient s’attaquer à l’U qu’à chaque instant il choque,
Et sur le ton du K calque son ton baroque.

L’R en roulant, approche et tournant à souhait,
Reproduit le bruit sourd du rapide rouet ;
Elle rend, d’un seul trait, le fracas du tonnerre,
La course d’un torrent, le cours d’une rivière ;
Et d’un ruisseau qui fuit sous les saules épars,
Elle promène en paix les tranquilles écarts.
Voyez-vous l’Éridan, la Loire, la Garonne,
L’Euphrate, la Dordogne et le Rhin et le Rhône,
D’abord avec fureur précipitant leurs flots
S’endormir sur les prés qu’ont ravagés leurs eaux ?
L’R a su par degrés vous décrire leur rage…
Elle a de tous les chars, la conduite en partage ;
Par-tout, vous l’entendrez sur le pavé brûlant
Presser du fier Mondor le carrosse brillant,
Diriger de Phryné la berline criarde,
Et le cabriolet du fat qui se hasarde ;
La brouette en bronchant lui doit son soubresaut,
Et le rustre lui fait traîner soin chariot ;
Le barbet irrité contre un pauvre en désordre,
L’avertit par une R avant que de le mordre ;
L’R a cent fois rongé, rouillé, rompu, raclé,
Et le bruit du tambour par elle est rappelé.

Mais c’est ici que l’S en serpentant s’avance,
A la place du C sans cesse elle se lance ;
Elle souffle, elle sonne, et chasse à tout moment
Un son qui s’assimile au simple sifflement.

Le T tient au toucher, tape, terrasse et tue ;
On le trouve à la tête, aux talons, en statue :
C’est lui qui fait au loin retentir le tocsin ;
Peut-on le méconnaître au tic-tac du moulin ?
De nos toits, par sa forme, il dicta la structure,
Et tirant tous les sons du sein de la nature,
Exactement taillé sur le type du Tau
Le T dans tous les temps imita le marteau.

Le V vient ; il se voue à la vue, à la vie ;
Vain d’avoir, en consonne, une vogue suivie,
Il peint le vol des vents, et la vélocité ;
Il n’est pas moins utile, en voyelle, usité,
Mais des lèvres hélas ! le V s’évadait vite,
Et l’humble U se ménage une modeste fuite ;
Le son nud qu’il procure, un peu trop continu,
Est du mépris parfait un signe convenu.

Renouvelé du Xi, l’X excitant la rixe,
Laisse derrière lui l’Y grec, jugé prolixe,
Et, mis, malgré son zèle, au même numéro
Le Z usé par l’S est réduit à zéro.

Antoine-Pierre-Augustin de PIIS (1755-1832)

Bonne nuit à toutes et à tous !
Et Bonjour à celles et à ceux qui se lèvent !!!
Bisous tendresse

Publicités

3 responses to this post.

  1. Sur ces mots … je te souhaite bonne nuit
    moi j’y vais rejoindre mes draps il est 10pm
    bisous

    Réponse

  2. 6H 30, je m’eveille pour la seconde fois ! rebises ; joli le poeme sur les lettres

    Réponse

  3. Quand j’étais au lycée nous le chantions avec la chorale, cela ne me rajeunit pas…j’ai passé mon bac en 1975….

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s