Le jour s’avance doucement Bonne journée !!!



Caondruim

Le monde est beau du haut de Caondruim.
Je vois au loin l’aigle majestueux
Planer au-dessus des cimes.
En admirant cette scène je suis heureux.
Tous les mystères de l’existence
Défilent devant mes yeux.
Je vois de la Terre la naissance.
Je la vois naître dans le vide stellaire.
Je vois les combats de la glace et du feu.
De ces affrontements en sort, ère après ère,
Cette Terre du milieu entourée d’océans.
Les volcans continuent de cracher leur feu.
Voilà qu’elle se craquelle
Se sépare en parcelles ;
Cette Terre du milieu entourée d’océans.
C’est ainsi que naissent les continents.
Au fil des ères, au fil des temps,
Naissent mille mousses, mille lichens.
Tous cela avant que ne viennent
Les grands dinosaures,
Que sur Terre, les enfants adorent.
Je vois que du vide stellaire
S’approche un immense météorite.
Ce fragment d’astéroïde s’écrase sur Terre.
Un gigantesque nuage de feu remplit l’atmosphère.
Alors, comme dans un rite,
Sous ce nuage allant s’appauvrissant,
La vie avec patience, ses droits, reprend.
Arrive l’âge de la naissance des humains,
Comment des enfants,
Ils vont cherchant
Parcourant la Terre entière,
Créant ainsi mille et mille chemins.
Ils vont cherchant leurs pères.
Certains s’installèrent dans un lieu,
Dressant des pierres, en appelle à leurs dieux.
D’autres continuèrent leur périple
Vivant de chasse et de pêche.
Ils se dirigèrent vers l’ouest,
Espérant atteindre le pays où le soleil habite.
Les humains grandirent vite.
Certains vivant dans des grottes.
Le feu devient leur outil.
Naissent les artisans, dessinant sans limite
Sur les parois des grottes.
Apportant ainsi le témoignage de leur vie.
D’autres sur les rivages de la mer,
Créèrent des villages. Ces havres furent des portes
Vers l’océan qui les attire
Et les mène toujours plus loin.

C’est alors que le drame arrive.
Un être jaloux de tout ce qui est création
Apporta la destruction.
L’être déchaîne
Toutes les haines
Cet être, je le vois bien,
Est Avangh-Dhu le Castor Noir !
Il fut heureux du désespoir
Qu’il a créé. Mais sa victoire
Fut de courte durée.
Venant du fond des âges,
La lumière dans ses bagages.
Le grand régent s’est levé,
Apportant avec lui l’espoir.
Il réussit à maîtriser
Ce dragon noir,
L’enchaînant après maints efforts
Aux confins du monde, pour l’éternité !
Mais hélas ! Mais hélas ! Castor Noir
A réussi à se dégager de ses chaînes. Le voilà encore
Prêt à détruire ce qui est né.
La grande guerre a recommencé.

Nous allons ceindre nos reins
Et mettre nos armures. Au matin
Vaillamment, nous irons attaquer
Ce dragon immonde
Qui a décidé de détruire le monde !
Le combat sera rude et éprouvant.
De mille façons
Le dragon attaquera.
Ayant comme armes, ruse et malfaçons.
Il sera prompt à défendre ses arguments,
Fait de mensonges, hélas ! On le croira.

Les humains dans leur esprit
Seront troublés et ne seront à qui se fier.
La convoitise, la jalousie
Envahira le cœur de beaucoup.
Il nous faudra avant tout
Dans cette guerre cachée,
Afin que ne s’étendre le fléau,
Dépouiller le vrai du faux.
Car les humains tous à leurs pensées,
Pour sauvegarder leurs biens,
De cette guerre, n’en seront rien.
Les troubles qu’ils vivront seront appelés,
Crises ou faits de sociétés.

Je comprends comment s’est développé
Le pouvoir de Castor Noir.
Il a trouvé mangé et boire à satiété,
Dans les pensées humaines.
Il déguste sans vergogne cette graine de haine,
Qu’il avait, il y a bien longtemps, semé
Dans le cœur de chacun
Avant d’être enchaîné !

Que le monde est beau du haut de Caondruim !
Que le monde est beau de cette tour divine !
Pour qu’il reste ainsi,
Il nous faudra lutter,
Avec dans notre cœur
Cette musique première,
Née du vide stellaire,
Lorsque la Terre fut créée.
Avec moi, il vous faut chanter
Avec foi et tous en cœur.
Que le monde est beau du haut de Caondruim.
Que toujours plane au-dessus des cimes !
L’aigle majestueux

Anny M

Extrait de « Cornélius ou le combat des dieux »
de Anny M
mon roman que j’ai édité aux
Éditions Les oiseaux de papier.

Description du livre

L’apprentissage sur Terre du fils d’un dieu celte dans le but de
délivrer, au début du XXIe siècle, notre planète des forces du mal. Une incursion dans la mythologie celte. Des allers et retours dans le temps. Un combat sans merci dont ne sortira qu’un vainqueur.

Livre avec CD incluant 8 textes extraits du livre, mis en musique par Myrdhin et Zil, et récités par Zil. Livre-cadeau bénéficiant de la renommée d’un artiste incontesté de la musique celtique (harpe).

Voilà où vous pouvez vous procurer mon livre.
http://www.les-oiseaux-de-papier.com/

Publicités

2 responses to this post.

  1. oui on se retrouve ,avec ce bel extrait ; voyages initiatiques ! j’ai pas pu dormir je continue a lire les billets bises

    Réponse

  2. Légendes .. du commencement tres beau
    moi la journée commence .. le soleil est présent il y a encore des gens qui profite pour faire la grasse matinée bisousssss

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s