la nuit est tombée sans bruit


Les jardins

Le paysage il a changé – et des gradins,
Mystiquement fermés de haies,
Inaugurent parmi des plants d’ormaies.
Une vert et or enfilade de jardins.

Chaque montée est un espoir
En escalier vers une attente ;
Par les midis chauffés la marche est haletante
Mais le repos attend au bout du soir.

Les ruisselets qui font blanches les fautes
Coulent autour des gazons frais :
L’agneau divin avec sa croix s’endort auprès,
Tranquillement, parmi les berges hautes.

L’herbe est heureuse et la haie azurée
De papillons de verre et de bulles de fruits.
Des paons courent au long des buis ;
Un lion clair barre l’entrée.

Des fleurs droites comme l’ardeur
Extatique des âmes blanches
Fusent en un élan de branches
Vers leur splendeur.

Un vent très lentement ondé
Chante une extase sans parole ;
L’air filigrane une auréole
A chaque disque émeraudé.

L’ombre même n’est qu’un essor
Vers les clartés qui se transposent
Et les rayons calmés reposent
Sur les bouches des lilas d’or.

Émile VERHAEREN

Bonne nuit à chacun et à chacune, faites de doux rêves !

Bisous tendresse

Publicités

2 responses to this post.

  1. Coucou annie
    tres beau poeme …

    La journée pense a a aller dormir apres une chaleur suffocante .. s’est abriller d’un épais nuage gris pour laisser les larmes du ciel couler a flot balloter par de grand vents ..

    Réponse

  2. je vois ce poeme en m’éveillant ; bon lundi bises

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s