Nous retrouvons Diane et Loegairi. Ici vent froid et pluie, bon après-midi !!!


Chapitre 1

D’Allar aldir
ou à travers les âges
Tome 2
Départ des troupes pour l’antre de Surtr

Les troupes de Glenn, Sigg et Eichtorn sont prêtes à partir.
Nous retrouvons Katell, Ulgrin, Dick, Abi ainsi que Loegairi dans la chambre de Diane. Ils sont tous réunis pour ce dernier après-midi avant ce grand départ.
Cette séparation est difficile pour les couples qui viennent de se former. Pour réjouir l’assemblée Diane a préparé un goûter.
Les voici donc tous assis autour de la table. La discussion va bon train sur les petites choses de la vie, afin d’oublier l’heure du départ.

*****

Pendant ce temps les chefs des armées en partances pour l’antre de Surtr fignolent les derniers préparatifs. Victor tend un bracelet émetteur récepteur à Glenn :
-Tu nous donneras de tes nouvelles à chaque étape.
Týr en voyant ce geste fronce le sourcils et s’avance vers eux, il prend le bracelet des mains de Glenn.
– Il faudra se servir de cet objet le moins souvent possible. Surtr pourrait intercepter les ondes émises et s’en servir contre vous.
– Comment allons-nous communiquer alors ? Demande Victor.
– Nous avons d’autres façons de faire, elles sont plus sûres mon ami. Ne soit pas inquiet tu auras des nouvelles de tes troupes.
– Bon ! Puisque c’est ça il me faut prévenir Diane, elle a un bracelet elle aussi.
Elle vient d’être prévenue à cet instant, affirme Týr.

*****

Diane est en train de servir le café lorsqu’un message télépathique lui parvient, il lui intime l’ordre de ne jamais se servir du bracelet émetteur récepteur, car il pourrait informer l’ennemi de sa position. Pendant qu’elle recevait le message elle est restée immobile. Loegairi lui demande :
– Qu’as-tu ? Ça ne va pas ?
– Non, non, je viens simplement de recevoir un message me suggérant de ne pas me servir du seul objet avec lequel je serai en contact avec mon père et Victor.
– Vu la façon dont tu as contacté Eichtorn tu n’as pas besoin de cet objet. Ne crois-tu pas ? Tu t’inquiètes pour rien, rétorque Loegairi.
– Tu as raison, pour le moment nous faisons la fête !
– Oui, dit Abi, surtout que j’ai un cadeau pour vous deux Katell et Ulgrin, cette bague, vous dira tout ce que vous voulez savoir sur sur vous deux, lorsque vous serez éloignés l’un de l’autre, elle vous dira si vous êtes en bonne santé ou en danger, j’en ai une moi aussi comme ça j’aurai des nouvelles de Dick et j’en ai une pour Dick.
– Abi ! Je viens de dire que les émetteurs sont dangereux, s’exclame Diane. Ne crois-tu pas que ces bagues….
– Non, non, elles ne fonctionnent pas comme les émetteurs mais avec les vibrations énergétiques du corps.
– Es-tu sûre de ce fait ? demande Diane inquiète .
– oui, j’en suis sûre c’est moi-même qui les ait fabriquées, avec l’aide de Ansuz.
– Alors !… Si tu as été aidée par Ansuz …
La mine que fait Diane, à pour effet de faire éclater de rire ses amis. C’est à cet instant que l’on frappe à la porte. Diane va ouvrir et se trouve nez à nez avec Glenn.
– Ça y est, vous partez ? interroge Diane en le faisant entrer.
– Et oui ma belle, nous partons. Mais je vois qu’ici on ne s’ennuie pas !
– Un café et un morceau de gâteau avant de partir ? demande Diane.
– Pas le temps ma grande, c’est Sigg qui dirige les opérations du départ, j’aime mieux pas le faire attendre.
Il se tourne vers Katell et Abi.
– Allez les filles on y va !
Glenn sort accompagné de Katell et d’Abi, suivi par Ulgrin, Dick, Diane et Loegairi.
Lorsqu’ils arrivent devant l’esplanade dominant l’immense cour Diane a le cœur serré en voyant toutes ces armées alignées, oriflammes au vent, l’atmosphère est lourde, il n’y a pas un seul bruit. Tous les soldats attendent leur commandant.
Glenn entraînent nos amis dans la cour, là un elfe s’approche de Katell et d’Abi.
– Vos affaires sont sur les chevaux de bât, il vous faut aller prendre place dans vos rangs, je vais vous y conduire.
Les filles embrassent une dernière fois leur amour et en silence suivent l’elfe.
Glenn embrasse tendrement sa fille et lui aussi rejoint ses troupes. Diane est triste, Loegairi la prend dans ses bras. Les troupes se mettent en marche à grand renfort de tambours et de trompette.
Ansuz vient les rejoindre et leur dit :
– Allez les enfants il faut rentrer. Nous avons à préparer notre départ à nous aussi.
Nos deux amis le suivent sans dire un mot. Au loin on entant encore en écho les sonneries des trompettes des armées en partance.

A suivre …
Anny M

Publicités

One response to this post.

  1. tome 2! il me plait : voyons la suite bises du mercredi

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s