Coucou ! Je suis revenue ! Bon début de soirée !!!


Chapitre 3

Anne et Godefroy

En sortant du restaurant, Anne suit en flânant la petit ruelle qui descend vers la radio. Un jeune homme vient droit sur elle. Il avance en regardant à ses pieds. Elle reconnaît dans ce personnage un ami d’enfance. Elle lui barre le chemin.
-Bonjour, Marc !
-ANNE ! s’exclame le jeune homme en relevant la tête et la reconnaissant. Et bien ! Pour une chance, c’est une chance ! Je suis venu à Paris spécialement pour te voir et je dois repartir ce soir. On m’a dit que tu travaillais dans une radio. J’ai demandé à des passants. Ils m’ont dit que la station était dans le coin. Alors, je la cherche. Et comme par miracle, je tombe sur toi !
Après ce long palabre il embrasse Anne.
-Viens, allons dans un endroit où tu pourras m’expliquer ce qui t’amène.
Elle l’entraîne au restaurant qu’elle venait de quitter. Tous deux s’installent à une table et commandent deux cafés ;
-Tu sais, dit Marc très excité. Au village il se passe des choses bizarres. Surtout au château. C’est vrai ! Il y a longtemps que tu n’es pas revenue là-bas. Je me suis marié avec Marie. On est heureux. Enfin… je te disais qu’il se passe des choses pas du tout, mais pas du tout naturelles au château.
– Tu connais ma passion pour les fouilles et les pierres. Alors, un dimanche, il y a un mois de cela. Je vais au château. Je me mets à la recherche de tout ce que je peux trouver dans les ruines. Tout à coup, je sens la terre trembler. Ensuite, j’entends un drôle de sifflement, très long sifflement, un peu comme le sifflet d’une locomotive. Tout ça semblait venir de la cour intérieur. Je fais ni une, ni deux, je prends mes jambes à mon coup et je file.
Anne se met à rire en voyant l’expression du visage de son ami. Vexé, il reprend.
– Ne ris pas ! Ce n’était pas drôle du tout. Et les jours suivants, sifflements, grondement et aussi, la nuit, des lumières. Tout vient du château, je t’assure. Alors, à quelques uns, nous avons décidé d’aller là-bas. Nous n’avons rien trouvé, que des vieilles pierres.
Le jeune homme est interrompu par l’arrivée de Godefroy. Celui-ci s’assoit près de Anne et passe sa commande à la serveuse qui passait près de leur table.
-Marc, un ami d’enfance. Il est entrain de m’expliquer que dans les ruines du vieux château, là-bas, chez moi, ce n’est vraiment pas banal ! Il va te commenter, dit Anne en le présent au jeune homme. Godefroy, nous travaillons dans la même radio.
-Même la gendarmerie a fait une enquête, reprend Marc comme si personne ne l’avait interrompu. Ils n’ont rien trouvé d’anormal.
-Ces bruits, ces lumières, dit Anne. Tout ça venait bien de quelque part. Créés par quelqu’un je suppose, indubitablement ! Je crois qu’il faut analyser rationnellement.
-Bien sûr, dit Marc. J’ai résonné comme toi. Je t’assure, il n’y a personne, ou alors. Ce n’est qu’une supposition, nous avons pensé à des revenants. Le château doit être hanté.
-On ne vous a jamais parlé de cinéma et de tournage de film, dit Godefroy en haussant les épaules.
Godefroy regarde sa montre et s’adresse à Anne, l’histoire de Marc ne l’intéresse pas du tout.
-Tu as vu l’heure ? Il y a du boulot qui nous attend.
-Nous avions pensé, Marie et moi, dit Marc en voyant Godefroy se lever. Nous avions pensé que tu aurais pu éclaircir ce mystère. Vu, que tu es journaliste, tu dois connaître beaucoup de choses. Je ne peux pas rester ce soir. Je ne veux pas laisser Marie seule la nuit.
-Mon emploi du temps est très chargé, mais je vais essayer de faire mon possible pour faire un saut là-bas, dit Anne. Il faut que l’on se quitte. Dis bien le bonjour à Marie de ma part.
Les trois jeune gens se séparent. Anne embrasse Marc. Godefroy lui donne une poignée de main sans chaleur. De retour à la radio, Godefroy demande à son amie :
-Tu ne vas pas y aller, j’espère. Tu ne crois pas à tout ce qu’il t’a raconté. J’en ai entendu une partie, ça m’a suffi.
Anne ne répond rien. Elle grimpe quatre à quatre les escaliers. Arrivée à la porte des studios, elle sonne. C’est Didier, un animateur, qui vient lui ouvrir, en la voyant il annonce :
-Il y a quelqu’un qui a téléphoné pour toi. J’ai laissé le numéro où tu dois appeler près du téléphone de la réaction.
Tout cela s’est dit sur le palier. Anne entre, suivie de Godefroy qui lui, se dirige directement vers la cabine technique sans dire un mot. Anne s’en va vers la rédaction, suivie de l’animateur.
Elle prend le téléphone, compose le numéro donné par Didier, a, son interlocuteur, prend un rendez-vous et raccroche le combiné.
-Crois-tu aux revenants ? demande-t-elle à Didier.
-Pas spécialement, pourquoi ?
-Un ami vient de me raconter une histoire complètement folle et j’ai bien envie d’aller sur place voir ce qui se passe.
-C’est où, ton truc ? demande Didier.
-Dans un petit village de ma connaissance, en Bretagne.
-Godefroy, il y croit lui aux fantômes ? Il va partir avec toi ?
-Je n’en sais rien ! S’il veut m’accompagner, je ne dirai pas non !
-Tu y crois, toi, au revenant, demande Didier à Godefroy venu les rejoindre.
Le garçon hausse les épaules, va pour répondre, fait volte face et sort de la rédaction.
-Qu’a-t-il ? demande Didier à Anne.
-Il n’a pas du digérer son repas, ne t’inquiète pas !
A suivre …
Anny M

Advertisements

2 responses to this post.

  1. coucou bonne soirée! bisous et à suivre demain sans faute!

    Répondre

  2. Posted by bounia86 on 26 décembre 2010 at 22 h 40 min

    bonne soirée ma douce Annie
    gros bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s