De la pluie, de la pluie !!! Bonne journée !!!


Chapitre 7

LE COMBAT DE THOVARDR
CONTRE LA REINE IRKA,
OU,
L’ AMITIE N’A PAS DE PRIX.

Le jour de l’affrontement est arrivé. Thorvardr parcourt rapidement les cinq lieux qui le séparent de la reine. Tout au long de son parcours, il n’a rencontré âme qui vive.
Il attache son cheval au tronc d’un arbre desséché et inspecte les abords du château. Ses murailles se dressent devant lui, elles sont impressionnantes et se confondent avec la nuit. Notre ami s’en approche.
Tout est silencieux. Nul chant d’oiseaux nocturnes, nul vent; que le bruit de ses pas. L’atmosphère est lourde de menaces. En longeant les murailles, il découvre que la porte d’une poterne est entrebâillée.
Avec prudence il pousse la dite porte. Un cou d’œil rapide alentour lui fait comprendre qu’il peut entrer sans crainte; le lieu est désert. Il vérifie si le bijou est toujours sur sa poitrine, oui, il est toujours là dans la petite poche cousue par Mihïarka.
Rapidement il arrive à la salle de garde. Elle est vide elle aussi, c’est là qu’il devait rencontrer les hommes du village. Il regarde autour de lui, rien ne bouge. Il se demande où ils sont passés.
Tout en continuant son inspection il trouve étrange de ne rencontrer personne. Le château semble abandonné. Le jeune homme s’arrête et respire profondément.
Son coeur bat la chamade. A ce moment précis si quelqu’un lui avait demandé :
– « As-tu peur ?»
Il n’aurait pu répondre que oui. Il pressent un piège. Néanmoins il avance bravement. L’amitié qu’il a pour Hroerekr est plus forte que sa peur.
Le voici devant l’entrée de la grande tour centrale. La prudence est de mise. Il pénètre dans la tour sans faire de bruit. Là encore, personne. La colère fait place à la peur. Elle monte en lui insidieusement.
Il est arrivé devant deux portes. L’une s’ouvre sur un escalier qui monte aux étages. L’autre sur l’entre de la terre, que doit-il faire ? Après un moment de réflexion, il choisi l’escalier qui mène vers les obscures profondeurs.
Ayant pris une torche allumée suspendue à un des murs, il descend la torche d’une main son épée dans l’autre.
Une centaine de marches le sépare du sol. Voici notre jeune ami dans un couloir. Après maints tournants Thorvardr stoppe sa marche. Il a devant lui une porte.
Comme celle de la poterne elle est entrebâillée et laisse passer un rai de lumière. Doucement il l’ouvre et entre dans une petite pièce éclairée par des torches.
Il dépose la sienne et traverse l’endroit rapidement, arrivé devant une autre porte obstruée par une épaisse tenture, il soulève les bords du rideau avec la pointe de son épée et entre dans cette nouvelle salle.
Deux hommes de forte corpulence l’assaillent. Thorvardr se défend avec courage. Un des deux hommes est à terre. D’autres arrivent et l’encerclent. Notre ami se bat avec bravoure, mais hélas il plie sous le nombre. Désarmé il est traîné sans ménagement devant la reine Irka.
Celle-ci est installée sur un trône de pierre. Elle est jeune et d’une beauté exceptionnelle. Mais son visage où transparaît la noirceur de son âme ternit cette beauté. Debout à ses côtés se trouve Gorak.
Thorvardr est poussé avec brutalité au pied du trône. Il chute, se relève péniblement et regarde la reine avec la colère au coeur.
– Bonsoir Thorvardr ! Nous t’attendions ! Vois, les amis qui devaient t’attendre sont tous là, elle lui désigne quatre hommes du village entourés de gardes et enchaînés. Il ne manquait plus que toi pour que la cérémonie commence. Ne t’inquiète pas, eux aussi seront invités au mariage. Ne fait pas cette tête là, je sais que ton désir…, j’ai cru comprendre…, est d’assisté à l’union de ton ami. Et bien que ton vœu soit exaucé. Je t’en prie remercie-moi. Je vois dans tes yeux que quelque chose te chagrine. Dis-moi, n’es-tu pas heureux ? Puis s’adressant à ses gardes. Amenez-moi le jeune soupirant, l’heure de la cérémonie a sonnée.
Se retournant vers Thorvardr elle lui demande :
– Tu ne me remercies pas ?
– NON ! lance-t-il d’une voix grondeuse.
Il contient sa rage.
– Je ne te remercie pas. Je suis venu dans tes murs pour délivrer mon ami de ton emprise. Tu es une bête immonde et encore, les animaux entre eux sont moins ignobles que toi.
Pour toute réponse la reine éclate de rire. Hroerekr arrive dans la salle. Il est entouré de deux gardes et porte des chaînes. Il voit Thorvardr et essaie de se dégager de l’emprise de ses gardiens.
– Pourquoi es-tu venu, crie-t-il à son ami. Elle va te tuer !
– Je suis venu te délivrer, garde espoir, répond Thorvardr.
– Entendez-vous ça, dit la reine d’une voix cinglante en les interrompant.
– C’est charmant, vraiment, vraiment charmant. GARDES ! Amenez mon futur époux dans la salle des mariages et retirez-lui ses chaînes.
Elle s’adresse ensuite à Thorvardr :
– Viens-toi aussi, tu es l’invité d’honneur.
Le jeune homme est poussé en direction d’une autre salle à la suite de Hroerekr. L’endroit où se passe les unions de la reine est vaste. Les murs sont recouverts de tentures rouge sang. Les plafonds sont hauts et voûtés. Au centre de la salle, un grand cercle de pierres taillées en cône. A l’intérieur du cercle se placent cinq hommes vêtus de tuniques longues et noires. Ils portent de grandes torches allumées. La reine se place au centre du cercle. Hroerekr est traîné près d’elle.
– ARRETE ! ARRETE ! ATTENDS ! J’ai une proposition à te faire, crie Thorvardr.
La reine agacée lui fait signe de s’expliquer.
– Je veux prendre la place de mon ami. C’est moi que tu vas épouser.
– J’accepte ta proposition, répond-elle. Tu es jeune et vigoureux, cela me plaît.

A suivre …
Anny M

Publicités

One response to this post.

  1. celà me plairait aussi! lol! non je plaisante ! allez à suivre et bisoux

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s