bonne journée à toutes et à tous ! bisous tendresse !!!


Chapitre 7

En l’an 2200

A la pointe du jour, sans avoir de mauvaises surprises, ils arrivent enfin à destination. Ils déposent le brancard près de la table.
– Pourquoi Vivien ne bouge pas, demande Erick en sortant de la chambre avec Lisette.
– Vivien a été blessé, soyez gentil et retournez dans votre chambre, dit Thaïs en s’approchant d’eux. Soyez sages et recouchez-vous. Il est trop tôt. Allez, et que je n’entendre personne. Ne réveillez pas Elise.
Les enfants obéissent. Les deux jeunes gens transportent Vivien sur son lit. Thaïs examine le jeune homme, puis se tourne vers Larwence.
– Je suis inquiète, il n’est pas revenu à lui. Je vais nettoyer ses plaies. Je vais faire du mieux que je peux. Dévêt-le, s’il te plaît, fait attention à sa hanche… fais attention.
Après avoir pansé Vivien, Thaïs lui humecte les lèvres avec une serviette mouillée d’eau fraîche. Le jeune homme se met à gémir. Thaïs continue et passe doucement la serviette sur le front du blessé.
Il ouvre les yeux, bouge et se met à hurler de douleur. Il repousse la main de la jeune fille et essaie de se lever.
Lawrence vient à la rescousse de son amie pour maintenir son compagnon qui, dans son délire se croit encore victime de ses tortionnaires, il a une force terrible. Le garçon le contraint à se coucher.
– Du calme, dit-il d’une voix forte. Oh ! Vieux ! Tu n’as rien à craindre. Tu es à la maison. Tu es à la MAISON… A… LA… MAI… SON…
– Ils… m’ont eu…, parvient à dire Vivien en le reconnaissant. Je… n’ai… rien… dit…ils… ils… voulais… savoir…
– Arrête, ordonne Lawrence. Ne te fatigue pas. Repose-toi.
Son ami vient de nouveau de perdre connaissance.
– VIVIEN ! hurle-t-il.
Puis en se tournant vers la jeune fille.
– Ce n’est pas possible !
La colère monte en lui d’un seul coup.
– Thaïs, tu restes auprès de lui. MOI, je repars en finir avec ces terreurs !
– Tu n’en feras rien ! dit Amy en apparaissant. Ton ami a plus besoin de toi à ses côtés que de te savoir entrain de batifoler avec ces terreurs comme tu dis ! Même, s’il est inconscient, il sent votre présence à tous les deux. Allez, va dans la salle commune, du travail t’y attend. Je vais te rejoindre tout de suite.
Larwence stupéfait se tait.
– Toi, ma fille, dit-elle en se tournant vers Thaïs. Tu vas faire exactement ce que je vais te dire. Voyons le blessé.
Elle s’approche de Vivien et lui touche le front. Elle constate que la fièvre le mine. Elle lui impose les mains au dessus du corps. Après quelques minutes, il respire plus aisément.
– Tu as vu ce que je viens de faire, dit-elle à Thaïs. Tu as la possibilité d’en faire autant. Tu te concentres et tout doucement, tu descends tes mains au dessus de son corps, sans le toucher. Tu vas le découvrir, il ne faut pas qu’il soit enfermé dans le drap et la couverture. Si la fièvre revient, remplie la baignoire d’eau froide et baignez-le. Mais je pense que cela va aller. Tu lui mets la serviette mouillée d’eau froide sur son front et tu la changes souvent.
– Merci pour nous avoir aidés sur le chemin, dit Thaïs.
– Ne parlons plus de ça. Nous vous avons aidés en faisant en sorte qu’aucun être vivant vous voit passer. Vous étiez invisibles à leurs yeux. Quand au campement où c’est passé le drame, il n’en existe plus une trace. Maintenant que tu sais tout fait ce que je t’ai dit. Je vais rejoindre Lawrence.
– Tu n’auras pas à aller loin, dit le jeune homme, appuyé sur le chambranle de la porte. Je ne suis pas encore sûr que ce que tu dis, corresponde à ce que tu sois. J’ai écouté tes explications, ce n’est pas normal, pas normal du tout !
– As-tu été dans la salle commune ? demande Amy.
– Non, je n’y suis pas aller, répond Lawrence. J’ai voulu voir comment tu embabouines Thaïs. J’avais oublié, j’ai une question à te poser.
– Et, alors ? rétorque Amy.
Elle le regarde droit dans les yeux. Il se sent déshabiller de la tête aux pieds. Il hausse les épaules et s’en va sans dire un mot.
Thaïs pour masquer sa gêne, se penche sur Vivien. Amy lui pose la main sur l’épaule.
– Ne t’inquiète pas, dit-elle. Il me croira dans peu de temps. J’ai sorti les livres de leur cachette. Tu avais oublié de lui dire où ils étaient.
Thaïs se met à rougir.
– La faute est réparée, dit-elle encore. Je vais aller le rejoindre. Reste près de Vivien. Il dort paisiblement, la fièvre est entrain de tomber et ses plaies se cicatrisent. Tout ira bien, fais comme je t’ai montré. Tu feras cela plusieurs fois, tout au long du jour. Garde espoir, il va retrouver ses forces. Il est protégé par l’affection que vous lui donnez.
Sur ces mot elle sort de la chambre et rejoint Lawrence dans la salle commune. Celui-ci est entrain de feuilleter un des livres posés sur la table.
– Cette lecture t’intéresse ? demande-t-elle en s’approchant de lui.
– Ils viennent d’où ?demande-t-il en montrant les livres.
– Ils sont de grandes valeurs. Certains ont été écrits par mon père. Ils t’expliqueront comment se servir utilement de l’énergie créée par certaines formes. D’autres ont été écrits à une époque très lointaine. Ces ouvrage t’apprendrons comment te servir de ce qu’il y a dans les souterrain de la tour. Malgré le peu de temps qu’ils ont eu à vivre à Gisors, les maître se trouvant chez les templiers ont retranscrit comment les anciens, les celtes et d’autres avant eux, se servaient des forces de Mère Nature pour le bien des être humains. Certaines de ces forces sont dans les souterrains de la tour. Les autres livres t’apprendront comment utiliser les facultés qui sont en toi. Je te conseille d’étudier le plus vite possible. Je sais que tu le peux et que tu apprends vite.
– Le crois-tu vraiment ? demande Lawrence septique.
– Bien sûr ! C’est pour cela que nous avons fait en sorte que vous soyez ici, toi et Vivien. Si vous étiez resté là où vous étiez, un drame terrible vous serait arrivé. Ne me pose plus de questions, étudie ! Pour te consoler, je peux te dire ceci. Il y a dans le monde d’autres jeunes gens comme vous deux, quand je dis deux, je parles de Vivien et de toi. Ces jeunes gens font la même chose que toi en ce moment. Car il y a plus d’un lieu pareil à Gisors dans le monde et d’autre encore plus forts.
– Tous se préparent pour se battre, dit Lawrence. Et, si j’ai bien compris tous ces lieux forment un réseau d’énergie.
– C’est exact, jeune homme. Quand aux autres lieux beaucoup plus puissant, nous nous en occupons, ce sont des lieux privilégiés sur terre. Ils sont convoités par Balor, c’est lui qui dirige la M.E. C’est un être vil et puissant. Il envoie ses troupes vers ces lieux, mais se garde les endroits plus forts pour lui. C’est là que nous, nous serons. Je ne peux t’en dire plus pour l’instant. L’heure est arrivée de te quitter.
Elle laisse Lawrence à sa lecture, retourne dire au revoir à Thaïs et disparaît comme à son habitude.

A suivre …
Anny M

Publicités

One response to this post.

  1. Amy a des dons de guérisseuse, heureusement pour Vivien!! J’aime bien cet histoire ma chère amie, elle me garde captivé et j’ai toujours hâte au prochain chapitre!
    Merci et bonne fin de journée!!
    Gros bisous xxxx

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s