Bonne semaine !!!!



Chapitre 6

En l’an 2200

Les garçons sont partis en patrouille comme à leur habitude.
Bien au de-la des ruines de la gare ils se font attaquer par des hommes de la M.E. après maintes difficultés, ils arrivent à se dégager de l’impasse où ils se trouvent.
En courant, ils parviennent aux ruines. Arrivés là, ils décident d’un commun accord de partirent chacun de leur côté et revenir vers la tour en essayant de ne pas guider leur ennemi à leur refuge et ainsi les éloigner le plus loin possible de Thaïs et des enfants

Lawrence

Ce n’est qu’en fin d’après-midi, que le jeune homme revient à la tour. Les enfants installés autour de la table de la salle commune, font leur devoir.
Thaïs qui n’a pas vu les garçons de la journée pousse un soupir de soulagement en entendant Lawrence parler à Erick.
Elle sort de la cuisine et découvre que le garçon est seul.
– Où est Vivien ? demande-t-elle, inquiète. Pourquoi n’est-il pas avec toi ?
– Vous avez assez travaillé pour aujourd’hui, dit le jeune homme aux gamins. Rangez vos affaires et allez dans votre chambre. Nous vous appellerons pour dîner. Allez ! Dépêchez-vous.
Les enfants obéissent et sortent de la salle. Thaïs s’avance vers Lawrence.
– J’espérais trouver Vivien ici, dit-il à Thaïs.
Il lui explique ce qui leur est arrivé et fini sa phrase par ces mots.
– Il ne va pas tarder. Nous allons faire manger les enfants et s’il n’est pas rentré, nous l’attendrons.
Deux heures se sont écoulées depuis que les enfants sont couchés. Vivien n’est toujours pas rentré. Les deux jeunes gens sont très inquiets. Lawrence décide de partir à la recherche de son ami.
– Si tu parts, je pars avec toi, dit Thaïs. Les enfants sont en sécurité et il est possible, que tu es besoin de moi.
– Non, tu vas rester ici, réplique-t-il d’une voix ferme. Dehors, le danger est partout.
– Tu peux me dire tout ce que tu veux, rétorque-t-elle. Même si tu ne veux pas que je t’accompagne. J’irais malgré tout. Je pense qu’à nous deux, nous aurons plus de chance de le trouver. Je sais que tu auras besoin de moi. Laisse-moi venir. J’y pense, il a bien un émetteur sur lui, n’est-ce pas ? Regardons où il est sur l’écran.
– Je vois que tu ne changeras pas d’avis. Alors, viens et à une seule condition. Tu me suis pas à pas. Mais avant, comme tu l’as dit, je vais aller vérifier, si je vois l’endroit où il se trouve sur l’écran de contrôle. Toi, tu vas prévenir les enfants sans les inquiéter.
– Nous allons sortir, dit Thaïs à Lisette. Si nous ne sommes pas rentrés au matin, tu feras le déjeuner. Surtout, vous ne sortez pas, tu as bien compris, vous ne sortez pas.
– Il est arrivé quelque chose à Vivien ? demande Lisette.
– Il est simplement en retard. J’ai voulu te prévenir avant de partir, pour ne pas t’inquiéter. Maintenant rendors-toi, nous reviendrons le plus vite possible.
Elle embrasse sa sœur et va rejoindre Lawrence, qui semble de mauvaise humeur.
Elle lui demande la cause de son irritation.
– Je n’ai aucune trace de son signal sur l’écran. Son émetteur est fichu.
– Allons-nous quand même le retrouver ?
– Bien sûr que nous allons le retrouver. Allez ! On part !
Arrivés à la gare, le jeune homme réfléchit un instant et se remet en route, il prend la direction que son ami a prise, la seule qui l’éloignait de la tour.
Au sommet de la colline, les deux jeunes gens s’arrêtent, comme figé sur place, des hurlements déchirent la nuit.
Thaïs se bouche les oreilles de ses mains et se recroqueville sur elle-même. Lawrence se met à pâlir en serrant les poings.
Thaïs se relève et s’agrippe au bras de son compagnon. Il lui demande à voix basse de continuer d’avancer.
Lorsqu’ils arrivent en surplomb du camp, ils voient avec horreur ce que l’on fait à leur ami.
– Tu restes là, tu ne bouges pas, dit Lawrence d’une voix froide. Ils vont avoir de mes nouvelles.

Vivien

Vivien attend quelques instants après le départ de Lawrence. Tout est calme, trop calme, pense-t-il, inquiété par le silence des oiseaux.
Il s’éloigne avec prudence des ruines de la gare et se dirige dans la direction opposée, de la tour. Il escalade une colline.
Au sommet de celle-ci, il est assailli par une patrouille de la M.E. Il réussi a abattre deux des assaillants, mais hélas, il se trouve bientôt débordé par le nombre.
Une douleur fulgurante lui déchire la hanche droite, il s’écroule. Ses ennemis se ruent sur lui et le rouent de coups. Vivien perd connaissance.
Il est transporté sans ménagement au campement de la M.E., se trouvant sur l’autre versant de la colline. Ils lui retirent veste et chemise et l’attache à un arbre.
Ses agresseurs s’installent ensuite autour d’un feu de camps et attendent leur chef. Celui-ci arrive tard dans la soirée. La prise de ses hommes le met en joie.
Vivien a repris connaissance. Sa blessure le fait atrocement souffrir. Il essaie désespérément de se libérer de ses liens. Un des hommes le voit faire.
– Oh ! T’as vu comment qu’il gigote ! dit-il à ses collègues. S’il croit qu’il va pouvoir partir, il se trompe.
– Alors, dit le chef du groupe en se plantant devant son prisonnier. On faisait une petite balade du côté de notre camp pour nous espionner ? Qui t’envoie ? Réponds au gentil chef. Tu espères peut-être que tu vas t’en sortir en restant muet. ALORS, TU M’RÉPONDS ? Tu vas voir ce que je vais t’faire et tu ne vas pas tarder à parler. Sois raisonnable, dis-moi où sont tes petits copains.
Le jeune homme lui crache à la figure. Le chef s’essuie le visage de sa manche et lui envoie un coup de poing dans l’estomac.
Vivien grimace de douleur, mais reste muet.
– J’te jure que tu vas parler, hurle le chef. Tu vas m’dire ce que tu venais faire et pour qui tu espionnes. J’te laisse encore une chance. Tu me réponds et on t’laisse tranquille. Alors, j’attends.
N’ayant aucune réponse de la part du prisonnier. Le chef se dirige vers le feu, en tire une barre de fer rougie à blanc, se tourne vers lui et lui crie :
– C’est pour toi qu’elle a été préparée.
En riant, il avance vers Vivien et commence à le torturer. Celui-ci hurle de douleur.
L’homme continue son horrible geste. Le garçon n’arrête pas de hurler et finit par perdre connaissance.
C’est à cet instant que Lawrence surgit dans le camp. Le jeune homme bondit l’arme au poing. Un son pareil à un feulement sort de sa gorge.
Il tire sur tout ce qui bouge. Il tue froidement les hommes de la patrouille, un à un, profitant de leur stupeur.
Arrivé près de Vivien évanoui, il lâche son arme et n’ose pas le toucher, tellement le corps de son ami est couvert de plaies. Il s’agenouille en pleurant et criant de désespoir :
– ILS ME L’ONT TUÉ ! ILS ME L’ONT TUÉ !
Thaïs arrive auprès de lui. Devant le désespoir de Lawrence, elle reprend son sang froid, le secoue en lui criant d’une voix forte :
– LAWRENCE ! LAWRENCE ! Aides-moi à le détacher. Nous allons, l’allonger par terre, ensuite, on va fabriquer une civière et nous le ramènerons à la tour. LAWRENCE ! LAWRENCE ! BOUGES-TOI !
Elle constate que Vivien respire, mais il respire avec peine, néanmoins, il respire. Elle prie intérieurement pour qu’il reste en vie. Elle se penche sur le blesser.
– Il est brûlé de partout, dit-elle. Là, regarde sa hanche.
– C’est une brûlure de laser, dit Lawrence d’une voix où pointe l’angoisse. C’est une arme de ces tordus qui a fait ça. Il faut se dépêcher, on peut s’attendre à ce que d’autres monstres reviennent. Je les aurai, je te le jure, je les aurai !
– Avant de les avoir, fabrique un brancard avec une des tentes, dit Thaïs. Ce sera plus facile pour le transporter. Moi, je vais faire quelque chose.
Elle lève la tête vers le ciel et crie :
– AMY ! AIDES-NOUS ! LA ROUTE DOIT ÊTRE LIBRE POUR QUE NOUS PUISSIONS RENTRER SANS DANGER ! Je ne sais pas si cela va marcher, mais je crois en elle, Allez, Lawrence, bouge-toi !
Le sang froid de Thaïs, fait que le homme le jeune se ressaisi. Il construit le brancard et fabrique des harnais pour le tirer.
Pour ne pas laisser de traces, il attache des branches coupées au bout du brancard.
Ils se mettent en route. Leur progression vers la tour se fait lentement.

A suivre …
Anny M

Advertisements

2 responses to this post.

  1. Posted by myrina on 1 novembre 2010 at 9 h 35 min

    Thaïs aurai t-elle des dons cachés ???
    Et Amy !!! qui est-elle vraiment ???
    J’espère que l’on saura bientôt qui est Amy !!
    Ce jeune Lauwrence pète les plombs encore une fois !! Heureusement que Thaïs est là pour le secouer sévèrement !!

    Bonne journée

    Répondre

  2. Vivien n’a pas eu de chance, mais heureusement que ces deux amis sont parti à sa recherche!!
    J’espère qu’Amy les protégera pendant leur retour!!! Merci pour cette belle suite Annie!!
    Je te souhaite un très beau mois de novembre et que celui-ci t’apporte tout plein de petits bonheurs mon amie!!
    Amitié et gros bisous xxxxx

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s