Bonne soirée !!!


Allar aldir
ou
A travers les âges

Chapitre 41
Réponses à certaines questions

Nos amis trouvent porte close chez Ansuz. Diane entraîne Loegairi vers Aurboda. Le sage est là. En les voyant arriver il leur demande par gestes de rester silencieux, de ne pas faire de bruit. Tous deux s’approchent du sage. Au bout de quelques minutes d’attente une forme surgit de l’eau, c’est un être gigantesque à l’aspect humain.
– Bonsoir Ansuz, TíwaR veut te voir. Je vois qu’Ana et son jeune ami sont à tes côtés. Ils peuvent venir eux aussi.
Sa phrase est peine terminée que les voici devant TíwaR qui les salue.
– Je vous présente Ægir, mon frère. Il commande au vent et à la mer. Il a aussi un pouvoir sur le feu.
– Comme vous le savez, Surtr vient d’allumer ses feux, explique Ægir. Sur la Terre du futur, comme sur Kermëtæ, les glaces se mettent à fondre, ce qui provoque dans la mer, l’arrêt des courants d’eau. L’hiver arrive à grand pas. Tous les territoires situés dans la partie Nord de la Terre du futur vont bientôt être englobées dans un froid intense. Les humains mourront gelés. La terre ne produira plus rien, aucune semence ne germera. Il sera de même pour Kermëtæ.
– Comment cela peut-il se produire ? demandent Loegairi et Diane en même temps.
– L’eau de la glace, est de l’eau douce, l’eau de mer est salée, donc plus lourde. Il y a longtemps, j’ai fait en sorte que les courants marins lorsqu’ils remontent vers le nord soient des courants de surface, lorsqu’ils redescendent dans les profondeurs, ils repartent en sens inverse. Mais hélas aujourd’hui avec l’eau douce, se mélangeant à l’eau salée, elle joue le rôle d’un bouchon. Les courants ne peuvent plus descendre, correctement, vers leur destination, l’eau douce trop légère les fait stagner.
– Que doit-on faire pour arrêter tout cela ? demande Diane.
– Vous allez faire ce qui est prévu, répond Ægir, ouvrir la porte de Hvergelmir. Ce sera à moi, d’éteindre les feux de Muspell, pendant que vous vous rendrez chez Asugilas. Toi, Ansuz tu resteras à Gladsheim, je soupçonne Surtr d’avoir envoyer son frère dans le gouffre de la colline de Ginnunga. De tout temps il a voulu être maître de ce gouffre. Modgud est aussi fort que Surtr et son arme principale est le feu de Thurusar, sans conter les Thurses qui y gîtent.
– Je comprends, dit Ansuz l’air sombre. Nous allons enfin nous retrouver.
– Moi, j’ai du mal à comprendre, dit Diane. On m’apprend que par Eichtorn, je fais partie de votre peuple, quant à vous, vous nous dite que Surtr a un frère et qu’il est aussi terrible que lui. J’aimerai que tout soit clair. Il y quatre génies que nous devons affronter, dans les gouffres. TíwaR ne m’as-tu pas dit, que nous devrions affronter ces êtres malfaisants, avant de pouvoir accéder au chemin, qui nous mènera à Hvergelmir, mais qui va s’occuper des Thurses de Ginnunga ?
– Vous allez devoir, aidé en cela par la faculté de déplacement que vous avez, éviter les quatre génies qui vous barreront la route, dit TíwaR. C’est à nous de les combattre. Je t’ai dit aussi de ne pas oublier ta broche, qu’elle te sera très utile, arriver à la porte. Je suis heureux que Týr aie pris l’initiative de vous accompagner jusqu’à Ginnunga, car il y aura beaucoup de sang versé, mais vous ne participerez pas à la bataille. Loegairi, je te vois bien silencieux et je lis dans tes pensées. Je vais te répondre, sur Win la guerre fait rage, l’ennemi a réussi à envoyer ses troupes jusque chez nous.
– C’est incroyable, dit Diane, il peut se permettre d’avoir autant de combattants qu’il veut. Je suis bien contente qu’Abi ait décidé de partir avec Sigg et les autres.
– Je suis au courant de ce fait et je ferais tout mon possible pour protéger cette jeune femme, dit-il sans dire un mot de la réflexion de Diane. Il les salue. Tout étant dit, il est temps pour vous de regagner Kermëtæ.

En entrant dans sa chambre Diane s’installe à sa table de travail et se met à écrire. Loegairi qui l’avait suivi lui demande :
– Que fais-tu donc, crois-tu que c’est l’heure d’écrire tes mémoires ?
– Non, non, ce n’est pas ça. Je note ce que m’a dit Ansuz sur la famille de Eichtorn, et ce que vient de nous dire TíwaR. Il a fait la sourde oreille, sur la famille d’Eichtorn. Ce qui me fait comprendre, que je dois trouver par moi-même, car malgré tout ce que nous avons appris, c’est un élément de l’histoire qui m’intrigue. Te rends-tu compte de la nouvelle ? C’est très important, je vais trouver, peut-être pas tout de suite, mais je vais trouver !
– Allez ! Quitte ta table et viens me rejoindre, j’aimerai
Diane quitte ses écrits, se précipite sur lui et le bouscule.
Tu es vraiment une enfant, dit-il, en la prenant dans ses bras.
A suivre …
Anny M

Advertisements

2 responses to this post.

  1. je lirai mieux demain c’est que j’ai sommeil bisous

    Répondre

  2. Posted by Mamily on 11 octobre 2010 at 18 h 51 min

    Bonne soirée Annie et merci pour ce beau chapitre mon amie!!
    Gros bisous xxxx

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s