Surprises pour Victor


Allar aldir
ou
A travers les âges

Chapitre 32
William

Pendant ce temps la à notre époque.
A peine arrivé au centre du I.C.S.I., Victor est fait appeler par West. En entrant dans le bureau du grand patron, il voit à son air renfrogné que l’entrevue va être difficile.
-Asseyez-vous, Nelson. Pouvez-vous m’expliquer ce que signifie cela ?
Il lui tend un dossier. En regardant le numéro sur la couverture, Victor reconnaît le document; celui-ci explique la venue de Glenn au centre. Il feuillette un instant le dossier, lève la tête, regarde West droit dans les yeux et lui déclare :
– Bien sûr que je le connais ! Et vous aussi vous devriez le connaître. Il le lui met sous le nez. Voici la signature de votre prédécesseur. Souvenez-vous, vous étiez à ses côtés lorsqu’il l’a signé. C’est à l’époque où Robbin a été infiltré dans le gang des lasers. Vous veniez d’être promu bras droit du directeur. Moi, j’étais au recensement des jeunes recrues. Ce gang devenait de plus en plus menaçant. Cela faisait quelques mois que Robbin travaillait pour nous. C’était un bon élément et il a donc été choisi pour infiltrer le gang.
– OUI … ! C’est exact ! Vous m’aviez présenté Robbin. Cela fait plus de quarante ans !
– Ce dossier était classé dans les archives. Si vous me permettez cette question. Qui vous l’a remis ?
– Je l’ai trouvé hier matin sur mon bureau. Nelson … , depuis quelques temps, je m’aperçois que certaines actions sont faites dans mon dos.
– Moi … je me suis aperçu, que nous sommes espionnés. Je dirai même plus. On essaie de créer des divisions dans nos groupes. La zizanie est à l’honneur; il fait très fort !
– De qui voulez-vous parler ?
– Monsieur ! Perdez-vous la mémoire ? Quelle est la plus grosse affaire du moment ?
– Vous voulez parler de la guerre entre les temps.
– C’est bien de ça, dont je parle… ! Pas de faire pousser des radis !
– NELSON !
– Veuillez m’excuser. Il commence à me rendre fou. Même dans nos murs, il se joue de nous, il nous manipule !
– De qui voulez-vous parler ?
– Mais de Surtr, voyons ! Le grand chef de toute cette manigance. Il faut vraiment s’en méfier, comme de la peste.
Victor, omet volontairement de lui parler des dernières révélations d’Ansuz tout en lui expliquant, les actions de l’ennemi. Son supérieur l’écoute l’air soucieux. Il termine son récit.
– S’il croit nous avoir comme ça…
– Si je comprends bien, dit West en l’interrompant. La guerre est déjà déclarée. Nous devrions envoyer plus d’hommes là-bas, armés en conséquence et laisser ouverte continuellement la porte des temps.
– L’ennemi est fort. Nous avons réussi, non sans mal à chasser ses troupes de notre époque. Ne faisons pas en sorte, qu’elles puissent revenir. C’est lui qui mène la danse ici, dans nos murs, à ce que je vois. Ce n’est pas une bonne manœuvre que de laisser la porte continuellement ouverte.
– Vous recommencez à être insolent, Nelson.
– J’essaie de vous faire comprendre, qu’en ce moment même, l’ennemi à des entrées au I.C.S.I., ne le voyez-vous pas ?
– S’il en est ainsi, menez votre enquête, dit West en s’enfonçant dans son fauteuil.
– Bien Monsieur, vous aurez mon rapport. Au revoir, Monsieur !

Victor quitte le bureau de son supérieur et s’en retourne dans le sien, en emportant le dossier de Glenn. Au moment où il entre dans la pièce, le téléphone se met à sonner; c’est la femme de Glenn qui lui téléphone. Elle lui apprend que plusieurs fois elle a échappé à une agression. Victor en apprenant cela, pense à l’enlèvement d’Aife. Il lui demande de ne pas bouger de chez elle. Quelques heures plus tard il va la chercher et l’installe chez lui.
Ayant fait l’enquête que West lui avait demandée, il porte son rapport au chef du I.C.S.I. De retour dans son bureau, le téléphone sonne : c’est Abi qui demande à le voir. Il la rencontre dans un lieu public.
– J’ai vu ma sœur hier à la bibliothèque, dit-elle d’un air confus. Je ne savais pas que vous l’aviez libérée.
– Que me racontez-vous là ? Je ne l’ai pas fait libérer, est-elle allée chez vous ?
Abi secoue la tête négativement. Elle lui explique, qu’elle avait trouvé sa sœur changée, plus renfermée sur elle-même, que lorsqu’elle allait lui rendre visite au centre de détention et chose bizarre, elle n’avait plus de collier.
– Elle n’a qu’une idée en tête, de retourner dans le passé, continue-t-elle. C’est devenu une obsession pour elle. Elle veut s’approprier la place de Diane.
– Où se trouve-t-elle en ce moment ? demande Victor.
– Elle m’a dit qu’elle était dans une pension de famille. C’est au centre que l’adresse lui a été donnée.
– J’aimerai bien savoir quel est le foutu idiot qui l’a libérée. Comment a-t-elle retiré son collier ? Il ne faut pas qu’elle puisse savoir où se trouve votre labo. Vous allez quitter la ville aujourd’hui même. Dès cet instant, vous n’existez plus.
Abi en sécurité, Victor retourne au siège I.C.S.I. et apprend que c’est West lui-même qui a fait libérer Myriel, avec l’appui des médecins du centre. Il contient sa colère et explique à son supérieur, sans pour cela le froisser, l’erreur qu’il a commise. Suite à cela, il lance ses agents à la poursuite de la jeune femme. Quelques jours plus tard, celle-ci est arrêtée. Sur le trajet, elle réussit à s’échapper et se volatilise devant ses gardiens médusés. Victor en apprenant la nouvelle est atterré. Il a la certitude qu’elle est retournée vers Surtr, mais, ne perd pas espoir pour autant.
Victor prend contact avec William, lui fait comprendre, qu’il serait bon pour lui et ses protégés de l’accompagner, chez Æadan. Sciemment il ne lui parle pas de Myriel, mais d’Ansuz et de Jera.
– Mon cher Victor, tu me parles de deux êtres chers à mon cœur. Je suis heureux qu’ils soient encore en vie. Tu ne sais pas tout de moi. Moi aussi, je viens de Win. Je suis comme Jera et Ansuz. J’ai été mandaté, par celui qui nous gouverne tous, d’aller sauver les enfants enlevés par Surtr. Ma tâche fut ardue pour les retrouver. Mais j’ai réussi. Là-bas je suis appelé Algir.
– Tu … tu es comme eux. Comment se fait-il que tu vives ici ? Pourquoi avoir choisi notre époque ?
– Comme je te l’ai dit, les enfants. D’autres parts, cette époque-ci est propice aux déplacements dans le temps. Les énergies qui entourent la terre s’entrechoquent continuellement. C’est pour cela que tout est en instabilité. L’ennemi le sait. Il avait besoin des portes, pour ceux qu’il emploie, pas pour lui.
– Donc, si j’ai bien compris, tu vas rester ici.
– Non, je vais te suivre. Il est grand temps pour nous de repartir chez nous.
– Je ne vais pas sur Win, je serais bien incapable d’y aller, mais chez Æadan, Jera m’a affirmé que la demeure est protégée.
– J’entends bien. Je ne te demande pas de m’emmener sur Win. Nous devons en premier lieu, aller sur Kermëtæ. Diane y est, si j’en crois tes dires.
– Pas en ce moment, elle est chez Jera, qui est entrain de l’initier.
– Je vois qu’elle a trouvé un bon maître, dit Algir.
Victor accompagné de la femme de Glenn, de William et ses protégés, se retrouve à l’endroit où il protège la jeune chercheuse. Tous partent ensuite, de l’autre côté de l’Atlantique, chez le professeur Dollenns. A l’instant du départ Abi lui déclare :
– J’ai détruit tout ce qui pouvait nuire à mes recherches. Je vous accompagne. Lorsque nous serons tous passés. Tout ce qui était ma recherche partira en fumée. Je détruis tout. Victor, emmenez-moi, s’il vous plaît. Je n’ai plus de famille aujourd’hui. Mon espoir était de retrouver ma sœur, celle que j’ai rencontrée, n’est plus ma sœur. Ma vie est en danger ici, dans ce millénaire. S’il vous plaît !
– Jeune fille, je comprends très bien, ce que vous ressentez. Mais si vous détruisez tout, comment va-t-on partir et, comment vais-je revenir, MOI ! Y avez-vous pensé ?
– Ne vous inquiétez pas. Je n’ai pas dis que je détruisais tout. La porte, je l’emmène avec moi. J’ai travaillé pendant votre absence. Voici ce qui ouvrira la porte, j’en ai un pour vous. Elle lui montre deux petits boîtiers noirs, ressemblants à un téléphone portable.
– S’il en est ainsi, répond-il. Je vous emmène.
A SUIVRE…
Anny M

Publicités

One response to this post.

  1. Posted by Mamily on 2 octobre 2010 at 2 h 45 min

    Merci pour cette belle suite ma chère Annie!!! Passe un très beau week-end et que le soleil soit dans ton coeur mon amie xxxx

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s