Rêvons un peu en cette soirée pluvieuse


 

La fée et moi

La fée et moi

 

C’est de leurs voix que j’ai redit

C’est de leurs voix que j’ai redit

Leurs paroles, mais plus haut qu’elles,

Tu voles, ma chanson aux ailes

Bleues d’oiseau de Paradis !

Ô ma chanson, tu les dépasses,

Tu leur ouvres l’immense azur !

Et tu jettes leur rire obscur

En mille étoiles dans l’espace.

Leur pauvre cœur silencieux,

S’approfondit quand tu le touches ;

L’haleine qui naît de leurs bouches,

En toi devient souffle des cieux.

Monte chanson ! Et si ta route,

Là-haut se perd dans le néant,

Monte encore, le ciel t’écoute,

Et peut-être qu’un dieu t’entend.

Charles VAN LERBERGHE

Publicités

3 responses to this post.

  1. Posted by annie on 7 septembre 2010 at 3 h 13 min

    bonne journée de mardi! je vais me rendormir un peu plus tard bises

    Réponse

  2. Posted by Mamily on 7 septembre 2010 at 16 h 45 min

    Merci pour ce petit billet Annie!! Oui à faire rêver mon amie!!Gros bisous xxxx

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :