Bonne soirée !!!


 

ALLAR ALDIR

ou

A travers les âges

La suite du

chapitre 6

 

La jeune femme partie, Diane prévient Victor des événements en s’aidant de l’émetteur se trouvant dans sa montre; il arrive trois heures plus tard et prend les choses en main.

– Mademoiselle Omson vous allez venir avec nous. Prenez quelques affaires. Diane mène-moi à ton ami.

Elle mène Victor dans la chambre où repose l’elfe. Celui-ci a repris connaissance et se demande où il se trouve.

En voyant notre amie entrer son visage s’éclaire d’un pâle sourire.

– Loegairi voici Victor, dit Diane, dans le langage de Kermëtæ. Nous allons t’emmener loin d’ici. Lorsque j’étais perdue, tu m’as guidée, maintenant c’est à toi de me faire confiance, nous allons te soigner.

– J’ai été attaqué par les suppôts de Surtr, explique-t-il d’une voix faible. Je me suis battu le plus que j’ai pu, ensuite ils m’ont poussé dans une brume lumineuse qui s’était formée. Je me suis retrouvé dans ce lieu enneigé. J’ai marché jusqu’à l’épuisement. Quand j’ai ouvert les yeux, tu étais là, à mes côtés. Où suis-je ?

– Tu es à mon époque, répond Diane. Ne pose plus de questions.

Aidée de Victor, Diane soulève Loegairi, le couvre d’une couverture. A eux deux ils le soutiennent et l’installent dans la voiture, Abi les suit.

Tous quatre roulent vers le jet. Au cours du voyage l’elfe sombre de nouveau dans l’inconscience. Arrivé à New York, le blessé est installé dans une chambre d’un centre hospitalier du I.C.S.I.

Les médecins qui le soignent se trouvent devant un dilemme. Ils n’ont aucun sang compatible pour le transfuser. Diane se propose d’être le donneur.

N’ayant pas d’autre solution ceux-ci acceptent. Après quelques jours d’hospitalisation, l’elfe se remet vite de ses blessures, aux grands étonnements des médecins.

Pendant que Victor emmène Loegairi et Abi, dans une maison au nord des Montagnes Rocheuses. Diane retourne en Alaska avec une équipe pour repérer la porte temporelle par laquelle l’elfe est passé.

Ils la découvrent à quelques kilomètres de Fairbanks. L’équipe arrive au moment où plusieurs hommes de Surtr sortent de celle-ci.

Tous sont maîtrisés et une brigade armée s’installe pour garder la porte.

En rejoignant ses amis, la jeune femme fait en sorte que tout le matériel d’Abi, soit installé dans la cave de la maison.

En entrant dans la salle de séjour du chalet, elle surprend une conversation entre Victor et la jeune chercheuse.

– J’aimerai savoir pourquoi vous avez agi ainsi. Je ne comprends toujours pas. Pourquoi suis-je ici ? J’ai l’impression d’être prise en otage. Expliquez-moi. Quand pourrais-je reprendre mes recherches ? Dans cette maison, aurais-je un endroit pour les continuer ?

– Jeune fille vous l’avez, vous l’avez, dit Victor. Par ailleurs, j’ai l’impression, que vous ne vous êtes pas aperçue du grand danger, que vous couriez en restant à Fairbanks

– J’aimerai savoir, si ce n’est pas indiscret de ma part qui est Diane ? Ce n’est pas une scientifique, n’est-ce pas ?

– C’est exact, dit Diane en entrant dans la pièce. Je suis un agent du I.C.S.I., envoyée auprès de toi pour te protéger contre un ennemi très puissant.

– Très bien ! Tu es un agent, tu as fait ton travail, cela n’empêche pas que tu m’as trompée ! J’avais confiance en toi.

– Je n’allais pas…

– C’est sur mon ordre qu’elle a agi, dit Victor en lui coupant la parole. Il se trouve jeune fille, que vos recherches intéressent beaucoup de personnes. Comme l’a dit Diane. Nous sommes en guerre contre un ennemi très puissant. Un ennemi qui vient d’un autre temps et, qui a des alliés parmi nous. Il n’est pas là, lui-même, mais il a envoyé ses complices; avez-vous compris ?

– Mais enfin je…

– Si c’est au sujet de tes recherches, intervient Diane en l’interrompant. Ne t’inquiète pas, tout est arrivé ici avec moi; tes dossiers et ton laboratoire. Tu pourras finir ton travail sans être dérangée.

– Comment as-tu pu rentrer dans mon laboratoire ?

– Je me suis arrangée, ne t’inquiète pas, tout est là.

– Merci, mais dis-moi, qui est cet elfe que tu as soigné ? demande Abi.

– C’est un ami qui m’est très cher. J’espère qu’il pourra un jour rentrer chez lui.

– Comment a-t-il fait pour venir à notre époque ? Ont-ils une technologie aussi avancée que la nôtre ?

– Je ne pense pas je n’espère surtout pas, ce serait une catastrophe, mais ils doivent savoir que certaines portes s’ouvrent de temps en temps, répond Diane. Cela fait plusieurs années que cet ennemi agi. Il y a plus grave, il en a besoin … de ta porte. Le directeur du centre était un de ses complices. Il était là pour te surveiller et s’approprier ton projet, le moment venu; il a été arrêté. Ceci dit, je vais aller me coucher, je suis éreintée. Je crois que je manque de sommeil depuis quelques temps. Avant je vais voir Loegairi, il est dans la première chambre, n’est-ce pas ?

Victor fait oui de la tête.

Elle monte au premier étage et se dirige vers la chambre de l’elfe. Entrée dans la pièce s’approche du lit sans faire de bruit, prend une chaise et s’assoit.

Elle se souvient de la tristesse qu’elle a eue lorsqu’ils se sont quittés, soupire en se remémorant leur première rencontre, sans s’en apercevoir, elle s’endort sur la chaise.

L‘elfe se réveille et la voit endormie. Il sourit, se lève, la prend dans ses bras avec précaution, la couche sur le lit, la recouvre d’une couverture, s’allonge près d’elle et la regarde dormir.

Au matin en s’éveillant, elle est surprise de se voir allongée auprès de Loegairi, se lève d’un bon, se retourne et voit qu’il est entrain de la regarder.

– Je vaisje vais me changer, excuse-moi, dit Diane en le fusillant du regard.

Elle sort rapidement de la pièce, sous le regard amusé de l’elfe. Une fois prête, elle va retrouver Victor qui déjeune dans la cuisine.

En la voyant arriver, il lui demande en guise de bonjour.

– Alors ? Bien dormi ?

– Oui, répond-elle en rougissant.

– J’aimerai bien savoir où tu as passé la nuit. Je suis allé te voir et à ma grande surprise, tu n’étais pas dans ta chambre.

– Jej’ai dormi dans celle de Loegairi. J’ai dû m’endormir sur la chaise et je me suis réveillée allongée sur le lit. Cela m’a quelque peu embarrassée.

– Si tu demandais des explications à ton ami ?

– C’est dans mes intentions.

A cet instant l’elfe entre dans la pièce, il est vêtu d’un pull et d’un jean.

– Tu aurais dû rester couché. Tes blessures sont graves, dit-elle en langage de Kermëtæ.

– Mes blessures ne me font plus souffrir et je suis guéri. Tu devrais savoir que les elfes guérissent rapidement. Je te remercie de ce que tu as fait pour moi.

– Ne parlons plus de ça. Dis-moi, pourquoi m’as-tu allongée sur ton lit au lieu de me réveiller ?

– Tu dormais dans une mauvaise posture et si profondément que tu ne t’es même pas réveillée. Tu étais si belle que je n’ai pas résisté de t’avoir près de moi.

– Tu n’es qu’un mufle, s’exclame-elle en le giflant, à la stupéfaction de l’elfe et de Victor.

– C’est quoi ce manège, demande celui-ci en attrapant Diane par le bras. Que t’a-t-il dit pour te mettre dans cet état ?

– Il me trouve jolie et m’a regardé dormir… ! Te rends-tu compte ?

– C’est pour cela que tu l’as giflé ? s’exclame Victor. Va lui dire de nous attendre dans le jardin d’hiver et reviens, j’ai deux mots à te dire. Avant toutes choses, fais-lui des excuses.

– Moi ! M’excuser ? Jamais !

Elle rejoint l’elfe et lui déclare sur un ton peu aimable.

– Nous devons parler Victor et moi, va nous attendre sous la véranda, s’il te plaît.

Sans un mot de plus elle se tourne vers Victor, laissant l’elfe pantois, qui sort et va s’asseoir sur un siège sous la verrière.

– Si je comprends bien ton problème, dit Victor à Diane à peine rentrée dans la cuisine. Tu es amoureuse de lui et, tu ne veux pas l’admettre, cela te vexe, qu’il s’occupe de toi. N’ai-je pas raison ?

– Tu as raison, dit Diane en baissant la tête et la relevant aussitôt. Je ne l’admets pas. Je ne suis pas amoureuse de lui. C’est un ami et c’est tout. Je suis furieuse qu’il m’ait surprise endormie sur la chaise. Il n’avait pas le droit de me faire ça !

– Arrête de faire l’enfant. Je suis sûr que lui, a un petit faible pour toi. Alors, il m’est venu une idée. Je t’annonce que depuis ce matin, tu es sa femme. Tous les papiers sont faits. On me les a apportés à la première heure.

– QUOI ! Tu as fait ça sans m’en parler ? Mais pourquoi ?

– Pourquoi ? Pour votre sécurité, ma grande. Vous êtes désormais, pour les gens d’ici et du monde entier, M. et Mme Robbin. Tu vas faire la paix avec lui et, tu vas lui annoncer, que vous êtes mariés.

Lorsqu’elle rejoint Loegairi. Elle hésite un instant, puis se dirige droit sur lui en lui déclarant de but en blanc :

_- Je t’informe que nous sommes mariés, que notre nom de famille est le mien, sécurité oblige. Je vais t’apprendre la langue que je parle à cette époque-ci, tu auras plus de facilité pour nous comprendre.

– Alors comment ça, nous sommes époux, réplique Loegairi. Comment pourrai-je être marié avec une femme, qui gifle son époux ?

– Je te demande de me pardonner pour ce que j’ai fait. Je suis très impulsive parfois.

– Je t’ai déjà pardonné. J’aurais dû te réveiller. Mais hélas, pour moi, tu serais partie dormir dans ta chambre. Diane, comment pourrais-je être marier avec toi ? Mon père n’est pas présent. Les lois des elfes ne sont pas faites pour les mariages de ce genre. Je ne puis accepter.

– Je ne te savais pas si stupide.

– Un elfe n’a pas l’habitude de se cacher derrière une femme, même si celle-ci fait vibrer son cœur. S’il le faisait, il serait un lâche !

– Tu tu m’aimes ! Tu viens de me dire que tu m’aimes ! Mais je

– Oui, je t’aime. Je t’ai aimé dès notre première rencontre. Je ne pense qu’à toi, j’y pense jour et nuit. Vois-tu sans le savoir et pour notre bien, Surtr nous a rapprochés. Dis-moi, est-ce que pour toi

– Alors les enfants, je vois que la paix est revenue entre vous, dit Victor en les interrompant. Diane, si tu allais réveiller Mademoiselle Omson ! Moi, je reste avec ton ami. Je vais lui faire visiter les lieux. Je vais essayer de me faire comprendre.

Sans dire un mot, elle part vers la chambre d’Abi. Une fois réveillée celle-ci se met à tourner autour de Diane en l’inspectant de pieds en cap, tout cela d’un air moqueur.

– Pourquoi me regardes-tu ainsi ?

– Pourquoi ? Tu me demandes pourquoi ? Lorsque tu es montée te coucher, Victor m’a parlé de toi. Il m’a raconté comment tu avais rencontré Loegairi. Il m’a expliqué ce que tu as fait pour le sauver. C’est formidable, Diane, j’aimerai te poser une question.

– Quoi, encore !

– L’aimes-tu ? Oui, tu l’aimes Loegairi !

– Vous vous êtes tous donné le mot ce matin, ce n’est pas possible ! POUR MOI, ce n’est qu’un ami !

– Arrête ! Ça se voit dans tes yeux que tu l’aimes. Pourquoi ne lui dis-tu pas ?

– Abi, c’est mon problème et pas le tien. Je ne vois pas comment je pourrais accomplir mes missions et compter fleurette en même temps ! Ce qui me chagrine le plus, vois-tu, c’est que Victor nous a fait faire des papiers. Désormais, Loegairi et moi, sommes mariés. Il n’accepte pas. Il m’a dit que chez les elfes, celui qui se cache derrière une femme est un lâche. Je vais refuser ce faux mariage. Bon, assez parlé ! L’heure tourne, ton déjeuner et ton travail t’attendent. Quant à moi, je vais aller faire une balade, cela m’éclaircira peut-être les idées.

Abi a rejoint Loegairi qui s’initie au troisième millénaire. Elle entraîne l’elfe dans son laboratoire. Elle prend sur une console un objet qui ressemble à un téléphone portable avec des écouteurs et un microphone, lui fait comprendre par geste, comment mettre les écouteurs et comment faire pour parler dans le micro. Quelques secondes plus tard, elle lui répond. Sa réponse arrive aux oreilles de l’elfe en langage elfique. Une discussion s’engage entre eux.

– Écoute-moi. Je sais que tu es désormais marié à Diane. Tu ne peux pas y échapper. C’est un ordre de Victor, c’est lui qui la commande. Elle a décidé de ne pas accepter. Je la connais peu, mais je crois pouvoir te dire que ce n’est pas en la forçant qu’il arrivera à la faire accepter ce fait. Alors, si toi de ton côté, tu prends la décision de dire oui à cet ordre, peut-être changera-t-elle d’avis. Elle est en danger, elle aussi. Victor m’a expliqué qui elle était. C’est une jeune femme très courageuse, mais qui n’aime pas être mise au pied du mur. Elle aime être maîtresse d’elle-même. Cette histoire de papiers semble pour elle une contrainte.

– Je comprends. Je vais lui dire que j’accepte d’être son époux. Ce qu’elle ignore c’est qu’elle est devenue mon épouse en me donnant son sang.

– C’est beau, ce que tu dis là !

– Toi, ta science est vraiment grande. C’est un soulagement pour moi de pouvoir te comprendre, merci, dit Loegairi en la saluant.

En revenant de balade, Diane découvre son ami, Victor et Abi en grande conversation. Elle approche du groupe. Devant son air ébahi, tous se mettent à rire.

– Comment ? Tu parles l’anglais, maintenant ?

– Pas encore, dit Abi. Nous avons tous ce petit appareil. Il traduit les langues selon leurs fréquences et la modulation de leurs sons, ensuite il les transforme dans la langue voulue.

– C’est formidable ! Cet appareil, qui l’a inventé ? Toi ?

– Un ami à moi, répond Abi.

– Moi, j’aimerai savoir où tu étais passée, demande Victor. Tu sais que nous sommes dans une situation dangereuse, et toi tu pars. D’où viens-tu ?

– Je n’ai rien fait de répréhensible. J’ai fait un tour dans la forêt. J’avais besoin de m’isoler un peu et je vais continuer. Si vous avez besoin de moi, je serais dans ma chambre.

Elle quitte la pièce et monte l’escalier en courant. Arrivée dans sa chambre, elle referme la porte sur elle, et s’appuie dessus quelques instants.

Elle va vers la fenêtre et regarde dehors. Elle sait très bien, qu’elle ne peut refuser les ordres de Victor, soupire, se retourne, sursaute, devant elle se tient Loegairi.

– J’accepte d’être ton époux, dit-il en lui prenant la main. Viens à côté de moi, asseyons-nous sur le lit. Je crois qu’il nous faut parler tous les deux. Je vois bien, en ce moment tu te sens prisonnière de cet ordre. Moi, je suis heureux de t’avoir pour épouse, même si ce n’est pas un vrai mariage. Allez ! Viens, arrête de bouder, bientôt tout va s’arranger.

– Je vais essayer, mais il est difficile pour moi de

– D’accepter cet ordre ?

– En partie, oui, mais il y a bien d’autres choses. Non pas que je n’aime pas mon métier; je l’aime, mais je suis fatiguée. Après cette mission, j’arrête, je vais donner ma démission.

Elle se tait, Loegairi la prend dans ses bras. Au même moment Abi entre et s’adresse à Diane :

– Victor veut te voir immédiatement, il est dans sa chambre.

Diane pousse un soupir, se lève, et sort de la pièce. Loegairi va pour la suivre, Abi le retient en lui expliquant qu’il faut qu’elle soit seule pour voir son supérieur.

– Entre et ferme la porte, dit Victor en l’entendant arriver. J’aimerai savoir ce que tu as. Nous sommes à la veille d’une catastrophe mondiale, et toi, tu as tes humeurs. J’aimerai comprendre. Si c’est l’amour qui te rend ainsi, merci ! Alors, j’attends.

– Tu te trompes, je suis simplement fatiguée.

– Et bien, après cette affaire, tu prendras des congés.

– Non, je vais démissionner.

– QUOI ! ? !

– Je vais démissionner. Je suis lasse et j’aspire à vivre calmement.

– Tu vas démissionner ! Mais, c’est impossible ! Le combat n’est pas commencé !

– Je n’ai pas dit, que je démissionnais sur l’heure, mais lorsque tout sera terminé.

– Que feras-tu de ta liberté ?

– Je partirai à la recherche de ma mère.

Victor reste silencieux quelques secondes, puis il ouvre un tiroir de sa table de nuit, fouille et en sort une enveloppe qu’il tend à Diane.

– Voici les papiers de votre mariage et vos passeports. Maintenant va aider Abi et plus de jérémiades !

Quelques jours plus tard, Diane et Loegairi sont installés devant l’ordinateur portable de celle-ci. Il regarde le film d’Aife.

– Connais-tu ma mère ?

– Oui, je l’ai connu, j’étais enfant. Nous étions voisins. Ensuite nous avons changé de territoire et nous sommes partis nous installer à Hindafiall, dans la grande demeure. Je ne savais pas qu’elle avait une fille.

– Pourquoi dis-tu cela ? L’as-tu revue ?

    • Mon père est toujours en relation avec eux, je veux dire avec elle.

      A suivre…

      Anny M

Publicités

3 responses to this post.

  1. Posted by Mamily on 4 septembre 2010 at 22 h 15 min

    Passe un merveilleux dimanche ma chère Annie et merci beaucoup pour cette belle histoire fascinante mon amie!!!Reçois toute ma sincère amitié xxxx

    Réponse

  2. Posted by annie on 4 septembre 2010 at 23 h 02 min

    bon dimanche

    Réponse

  3. Posted by annie on 4 septembre 2010 at 23 h 02 min

    bises

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :